La secrétaire d’État à la ruralité venue prendre le pouls des élus dans le Ternois

Nommée secrétaire d’État chargée de la ruralité en juillet dernier, Dominique Faure s’est lancé dans un tour de France et a effectué une étape de deux jours dans le Ternois. La Première Ministre Elisabeth Borne lui a donné jusqu’à la fin de l’année pour tâter le terrain avant de présenter des actions à mener à partir de 2024. La secrétaire d’État a donc pris le temps de rencontrer quelques élus du département, invités à Pernes par l’association des maires ruraux du Pas-de-Calais. Quelque sept cent cinquante maires avaient été conviés, mais ils n’étaient qu’une cinquantaine à avoir répondu à l’invitation – cent cinquante se seraient tout de même excusés de ne pouvoir venir, d’après le président de l’association Hubert Degrève, lui-même maire du village de Tubersent. Néanmoins, Dominique Faure a échangé durant quatre heures, répondant à la volée aux interpellations des élus locaux – auxquels se sont joints parlementaires, sénateurs, conseillers départementaux et régionaux, mais aucun président d’intercommunalité. Ces derniers ont dû entendre leurs oreilles siffler car nombre de maires ont le sentiment d’être dépossédés de leurs pouvoirs. « Nous voudrions retrouver tout ou partie de nos compétences parties vers les EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale) », a lancé Hubert Degrève dans une série de questions introductives, évoquant l’écart des dotations entre les communes urbaines et rurales, l’augmentation du point d’indice des agents qui pèse sur les finances communales, ou la désertification médicale, notamment pour l’hébergement des personnes âgées. Face à cette salve de questions, la secrétaire d’État a saisi le micro et répondu point par point. Elle-même maire d’une commune de douze mille habitants jusqu’à sa nomination au gouvernement, Dominique Faure se montrait empathique et rassurante envers les élus locaux, tout en défendant l’action du gouvernement : « La vie est dure quand on est maire, on compte ses sous. Ma solidarité est totale. L’État est confronté aux mêmes difficultés : comment délivrer plus de service public avec moins de moyens ? » Néanmoins, 95 % des communes devraient voir leur dotation financière augmenter en 2023, histoire de leur donner un peu d’air.

« Portez des projets dès maintenant, mais commencez par réhabiliter les centres de vos villages. L’objectif est d’éviter l’étalement urbain. »

Dominique Faure, secrétaire d’État chargée de la ruralité

Par ailleurs, Dominique Faure a invité les communes rurales à investir, assurant que les projets pouvaient largement être subventionnés, souvent jusqu’à 80 %, notamment grâce aux deux milliards d’euros prévus pour accompagner la transition écologique. La secrétaire d’État est d’ailleurs rattachée au ministère de la transition écologique, mais les questions environnementales étaient largement absentes des échanges, sauf lorsque les maires se plaignaient des contraintes imposées. La loi “climat et résilience” inquiète particulièrement les élus, notamment son objectif de “zéro artificialisation nette” à partir de 2050, avec une première échéance en 2030 visant à réduire de moitié l’artificialisation. En effet, nombre de maires craignent de ne pas pouvoir développer leurs communes, notamment ceux qui n’ont pas construit ces dernières années, la loi prévoyant de limiter les aménagements à la moitié des surfaces utilisées au cours des dix dernières années : ainsi, une commune n’ayant rien construit ne devrait logiquement rien pouvoir faire. Dominique Faure a reconnu que la communication autour de cette loi a apporté beaucoup de confusion et que les décrets d’application, voire une partie de la loi, nécessiteraient d’être réécrits. Par ailleurs, la secrétaire d’État a invité les élus à artificialiser avant que ce ne soit plus possible : « Portez des projets dès maintenant, mais commencez par réhabiliter les centres de vos villages. L’objectif est d’éviter l’étalement urbain. Il n’existe aucune obligation pour le moment, mais il faut penser des projets qui soient exemplaires. Réduire de 50 % l’artificialisation, c’est une vraie préoccupation des élus, mais qui peut être contre franchir une étape majeure pour la transition écologique et énergétique ? »

« L’important est que tous les acteurs du service public soit en réseau, pour que les habitants aient accès à un vaste panel de services, soit en direct, soit à proximité. »

Dominique Faure, secrétaire d’État à la ruralité

Elle a porté le même discours le lendemain devant le président de TernoisCom, qui s’inquiétait également de ne plus pouvoir artificialiser la campagne, évoquant par exemple les nouvelles constructions dans les villages suite à la crise sanitaire ou l’extension du circuit de Croix-en-Ternois. En effet, après Pernes, la secrétaire d’État a fait étape à Saint-Pol pour visiter la Maison France Services installée dans les locaux de l’ancien siège de l’intercommunalité – parti depuis dans la zone d’Herlin-le-Sec. « Nous sommes installés ici, en centre-ville, pour être au plus proche de la population », soulignait Marc Bridoux, expliquant qu’une version itinérante permettait à tous les habitants d’avoir une offre de services publics à moins de dix kilomètres de leur domicile. Deux animatrices de la maison ont expliqué leurs missions : « Nous avons une formation de niveau 1 mais si on a une demande qui va au-delà de nos compétences, on oriente les gens vers les bons services. La finalité est qu’ils trouvent une solution. » « Au-delà de l’aide, c’est aussi le lien social qui importe », saluait Dominique Faure, soulignant également l’importance de l’accompagnement au numérique pour permettre aux habitants les moins connectés de remplir leurs formalités. « Avec la hausse des coûts de l’énergie, moins on se déplace, mieux c’est. L’important est que tous les acteurs du service public soit en réseau, pour que les habitants aient accès à un vaste panel de services, soit en direct, soit à proximité », a insisté la secrétaire d’État, qui a répété ce message lors de son étape suivante en mairie de Saint-Pol, où elle a pu constater que les liens avec la Maison France Services pourraient être renforcés. Dominique Faure a rencontré quelques agents qui ont présenté leurs actions au sein de la commune, les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien mais aussi leurs réussites, saluées par la secrétaire d’État : « Vous avez un potentiel incroyable, vous avez de l’or entre les mains ! »

Donner envie aux professionnels de santé de s’installer dans les territoires ruraux
Elle a terminé sa visite dans le Ternois à la maison de santé Léonard-de-Vinci de Gauchin-Verloingt, où le docteur Turi a présenté le dernier service développé dans la structure, “Fast Track Vinci”, une filière de soins rapides, permettant de prendre en charge n’importe quel patient, lui évitant d’avoir à se rendre aux urgences si ce n’est pas nécessaire. Le médecin a également présenté Marine Baysieu, nouvelle interne arrivée pour travailler deux jours par semaine durant six mois : une solution pour faire face aux déserts médicaux qui frappent les campagnes. Le docteur Turi a ainsi plaidé pour le développement de maisons de santé pluridisciplinaires universitaires pour accueillir des étudiants en médecine afin « d’irriguer les territoires ruraux pour donner envie aux professionnels de santé d’y rester ». La crise sanitaire aura eu le mérite de fédérer les professionnels de santé et le centre de vaccination – avec plus de soixante-dix mille doses injectées – a montré l’importance des relations entre les professionnels, puisque un infirmier et un médecin sont venus s’installer après avoir constaté l’émulation qui règne dans la maison de santé. La secrétaire d’État et son équipe ont pris bonne note de toutes ces expériences, des besoins, des difficultés, autant d’éléments qui vont alimenter la suite de ses travaux : « Le travail va surtout se faire après ces visites. Il me fallait d’abord écouter, comprendre : j’ai entendu beaucoup de choses. Maintenant, il faut agir. »


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *