Pourquoi et comment Saint-Pol a externalisé toute sa communication chez un auto-entrepreneur


Publicités

L’été dernier, l’ancienne collaboratrice de Maurice Louf était évincée par le nouveau maire de Saint-Pol. Outre le fait qu’elle occupait un poste créé illégalement, Benoît Demagny estimait que « cette embauche n’avait pas de but, pas d’intérêt, elle ne correspondait à aucun besoin. […] Cette personne était en poste à la mairie, nous avons essayé de lui trouver des activités, mais nous n’avions pas de besoins particuliers. » Or, elle travaillait, entre autres, sur la communication de la ville et la réalisation du journal municipal. Un autre agent s’occupait aussi en partie sur ces sujets, mais a quitté la mairie. Depuis, la ville n’a plus aucun agent affecté à la communication. Pour pallier ce manque, le maire de Saint-Pol a choisi de faire appel à une société privée : PRo Conseil.

« Je gère la mise en page et la gestion de l’impression, la communication sur les réseaux sociaux, les flyers en tant qu’auto-entrepreneur. »

Matthieu Arold, auto-entrepreneur sous la marque PRo Conseil

Ce nom est apparu dans les trois journaux municipaux de la mandature, ce qui a interpellé l’opposition : « Comment prôner la confiance chez les agents communaux alors que la collaboratrice de l’ancien maire est expulsée manu militari de la mairie au prétexte que son poste ne correspondait à “aucun besoin”… quand la conception de ce journal municipal par une mystérieuse société “PRo Conseil” prouve le contraire ! », pointaient les élus minoritaires dans le journal municipal de ce début d’année. En effet, nulle trace d’une société « PRo Conseil » dans le domaine de la communication. En fait, il s’agit du nom de la micro-entreprise de Matthieu Arold, ancien agent de la ville, passé à TernoisCom pour gérer justement la communication. C’est d’ailleurs lui qui a été chargé par exemple de la retransmission sur Facebook des conseils municipaux et de l’inauguration des carrés potagers, ou encore de la réalisation de la vidéo pour les vœux du maire. « Je gère la mise en page et la gestion de l’impression, la communication sur les réseaux sociaux, les flyers en tant qu’auto-entrepreneur », confirme Matthieu Arold, qui précise avoir demandé à ce que les informations sur son entreprise ne soit pas diffusées, ce qui explique que personne n’ait réussi à remonter la piste « PRo Conseil ». Il ne souhaite pas divulguer le numéro SIRET de son entreprise, mais montre sur l’application des auto-entrepreneurs qu’il a bien déclaré des activités, les premières remontant au mois de juillet dernier.

« On va changer pour avoir une page Facebook pour la mairie. On devrait l’avoir d’ici deux ou trois mois »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol-sur-Ternoise

Comment le maire de Saint-Pol a-t-il réussi à dénicher cette société introuvable ? « Nous avons eu l’occasion de travailler ensemble à TernoisCom », rappelle Benoît Demagny, d’ailleurs élu premier vice-président de la communauté de communes mi-juillet. « Je suis quand même connu dans le coin », souligne l’entrepreneur, qui était même l’un des « Nordistes de l’année » de la Voix du Nord en 2015. Aucun lien avec le fait qu’il soit fils de la compagne d’un conseiller municipal de Saint-Pol, donc. La création d’une micro-entreprise par un agent territorial est très encadrée, surtout lorsqu’il travaille déjà à temps complet. Matthieu Arold assure que tout a évidemment été réalisé dans les règles et qu’il a obtenu l’autorisation de son employeur principal, TernoisCom. De plus, il estime que ces prestations relèvent des « œuvres de l’esprit », cadre moins contraignant pour un cumul d’activités. Il intervient également à Saint-Pol en tant qu’agent de la communauté de communes, détaché pour travailler sur les questions informatiques : ces tâches sont payées à TernoisCom par la collectivité, tandis que l’activité de communication est facturée par l’auto-entreprise. De plus, PRo Conseil se charge de la coordination et de la mise en page du journal municipal, mais pas directement de la rédaction : désormais, ce sont les élus, agents ou associations qui sont invités à écrire les articles les concernant et à les illustrer, la relecture de l’ensemble étant assurée par les élus, notamment Martine Dusart, adjointe à l’éducation et la culture. Enfin, les retransmissions en direct se sont développées ces derniers mois, mais celles de la ville de Saint-Pol sont diffusées sur la page personnelle de Benoît Demagny et non sur une page de la collectivité : « On va changer pour avoir une page Facebook pour la mairie. On devrait l’avoir d’ici deux ou trois mois », annonce le maire, qui estime avoir réalisé des économies en ayant recours à un prestataire extérieur : « On avait inscrit six mille euros au budget 2020, on n’en a dépensé que deux mille et nous sommes très satisfaits du résultat. »


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *