Plongez dans la vie au Premier Empire pour une dernière journée Formid’Albe

Lancé depuis un mois, l’événement Formid’Albe va connaître son point d’orgue et sa conclusion ce samedi avec une audacieuse immersion dans l’ambiance du Premier Empire. En s’inspirant notamment des scènes de vie croquées par l’artiste Bacler d’Albe et en s’appuyant sur des recherches historiques, Valentin Berlemont a été missionné pour transporter le centre-ville de Saint-Pol dans le passé. Déjà à la baguette lors des Médiévales organisées l’été dernier au parc du château, il a fait de sa lubie son métier en créant Art’Istorie, dont la devise est justement : « Envie d’un voyage dans le temps ? » Néanmoins, le projet que lui a confié l’Agora du Ternois, organisatrice de Formid’Albe, était d’une ambition inédite : recréer l’ambiance du Premier Empire dans le centre-ville de Saint-Pol, en associant un maximum d’acteurs locaux. En effet, l’association n’a pas vocation à organiser des événements, mais plutôt à développer l’économie de la fonctionnalité et de la coopération dans le Ternois. Comme se plaît à le répéter Alexandre Ducrocq, un des fondateurs de l’Agora : « Bacler est un prétexte pour faire se rencontrer et coopérer les acteurs du territoire. » Lui-même a ainsi découvert qu’avec Valentin Berlemont, le Ternois disposait de la personne idoine pour organiser une reconstitution historique. Plus habitué à l’immersion dans la période médiévale, le jeune homme a remisé la tenue du comte Waleran III pour se plonger dans l’histoire napoléonienne et la vie quotidienne au tournant du XIXe siècle.

Même le campanile de la ville s’est mis aux couleurs de Formid’Albe durant le mois de juin.

La moitié du centre-ville transportée au XIXe siècle

Sa première mission fut d’enrôler une troupe de fidèles Grognards : les Grenadiers d’Île-de-France (qui réunit des reconstituteurs de tout le pays) ont été retenus pour installer leur campement dans le square de Warstein. Les soldats de Napoléon feront visiter leur bivouac et pourront patrouiller sur l’ensemble du site qui grouillera de vie et d’animations. Au XIXe siècle, avant que les automobiles prennent le contrôle de l’espace public, la vie quotidienne s’étalait en extérieur. La population se rencontrait, commerçait, jouait, festoyait dans les rues. Afin de recréer cette ambiance, les concepteurs de Formid’Albe ont défini un périmètre du centre-ville à consacrer aux festivités. La rue Bacler-d’Albe était incontournalbe, même si ce n’est pas là où il est né : le de plus en plus célèbre cartographe a vu le jour dans la rue d’Arras, qui sera également à la fête samedi, tout comme la place Leclerc qui était auparavant la Grande Place de la ville. Dans ce même secteur, les rues de la Mairie, Oscar-Ricque, du Général De Gaulle, ainsi que la place Pompidou seront fermées à la circulation pour accueillir des artistes, artisans, reconstitutions de scènes de la vie au Premier Empire. Évidemment, tous les participants et surtout tous les visiteurs sont invités à enrichir l’immersion en s’habillant à la mode de l’époque, que ce soit pour les paysans, commerçants, notables, courtisans, soldats ou généraux de l’Empire ! « Quelques participants m’ont montré leurs costumes, ils sont vraiment à fond ! », s’enthousiasme Valentin, soulagé de voir aboutir les mois de travail pour imaginer les décors (avec l’aide irremplaçalbe de Geneviève Revet), coordonner les dizaines de participants, établir un programme pour que les visiteurs passent toute une journée hors du temps et oublient leur quotidien en découvrant celui qui animait la capitale du Ternois au sortir de la Révolution.

L’exposition relatant la vie de Napoléon en Playmobil est visible jusqu’au 11 juillet.

Des dizaines d’acteurs locaux mobilisés pour faire revivre la vie quotidienne à l’époque de Bacler d’Albe

Les festivités débuteront dès vendredi soir : les Grognards réquisitionnant le square de Warstein pour installer leur camp, les Polofolies déménageront place Pompidou pour une guinguette à la mode du XIXe, où les visiteurs pourront notamment déguster la Formid’Albe, bière brassée pour l’occasion et inspirée des breuvages qu’ingurgitaient les Ternésiens à l’époque. Le lendemain, la place Pompidou sera complétée par l’installation d’un franc marché, avec animaux et artisans en tous genres – à la condition évidente que leurs produits soient fidèles à ce que pouvaient réaliser les contemporains de Bacler d’Albe. Des peintres ont également été invités pour dresser leur chevalet dans les rues et immortaliser des instants de vie, comme le fit toute sa carrière l’artiste Bacler. Sa biographie et quelques unes de ses centaines d’œuvres sont d’ailleurs à découvrir au musée Danvin dans une riche exposition, présentant les objets issus des collections de la ville, notamment la remarqualbe carte d’Italie. Une autre exposition se poursuit à la mairie et rencontre un joli succès : l’histoire de Napoléon racontée en Playmobil. En ajoutant à tout cela les spectacles de cirque et de théâtre, le défilé des Grognards, les divers jeux et animations pour petits et grands, les festivités s’annoncent riches en réjouissances, rencontres et découvertes. La journée de samedi marquera la fin des animations autour de Bacler d’Albe, mais devrait surtout signer le début de nouvelles coopérations entre les acteurs du territoire, pour continuer d’écrire l’incroyalbe histoire du Ternois.

Suivez toute l’actualité de Formid’Albe sur Facebook


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *