Canton de Saint-Pol : la conseillère Ginette Beugnet repart, avec une nouvelle équipe mais sans étiquette


Publicités

« J’ai adoré exercer mon mandat. Comme le maire, le conseiller départemental est un élu de proximité. Six ans, ça passe très vite et il y a tant à faire. J’ai encore la pêche et je ne suis pas seule. » Conseillère départementale sortante, Ginette Beugnet a décidé de se porter candidate à sa succession, avec un nouveau binôme en la personne d’Hubert Degrève, maire de Tubersent, village voisin d’Étaples. En 2015, Ginette Beugnet avait été élue avec Claude Bachelet, mais l’association n’aura tenu que deux ans : « J’ai quitté le groupe Union Action 62 en juin 2017 (NDR : pour rejoindre le groupe En Marche) car il y avait une opposition systématique au président Jean-Claude Leroy. J’étais mal à l’aise avec l’idée de ne pas voter le budget dont 75 % des dépenses sont consacrées au volet solidarité. Comment peut-on voter contre cela ? Je ne me voyais pas refuser le budget et ensuite aller à des inaugurations d’équipements subventionnés par le département. » Cette fois, la conseillère départementale se présente sans étiquette, même si elle partage avec Hubert Degrève des racines centristes et qu’ils défendent le bilan de l’actuelle majorité départementale : « On peut être centriste de cœur et voter le budget. Le département est bien géré, il continue d’investir. C’est la collectivité qui soutient le plus les petites communes », souligne Hubert Degrève, qui a pu le constater dans sa commune de Tubersent.

« Ginette et moi sommes amis de longue date et je suis plus à l’aise dans le Ternois pour parler de ruralité. »

Hubert Degrève, candidat dans le canton de Saint-Pol et maire de Tubersent

Évidemment, son village côtier est bien éloigné du Ternois, mais le candidat assume : « En tant que président de l’association des maires ruraux du Pas-de-Calais, je sillonne régulièrement les trente-neuf cantons du département. J’habite à quarante minutes d’ici, près d’Étaples, dans un canton essentiellement constitué de communes urbaines littorales. Ginette et moi sommes amis de longue date et je suis plus à l’aise dans le Ternois pour parler de ruralité. Quand je traverse le canton de Saint-Pol, ça me permet de découvrir les choses avec un regard neuf. » Le duo s’appuie aussi sur ses suppléants, bien installés dans le Ternois : Philippe Mayeur, maire d’Eps-Herbeval depuis l’année dernière et chef d’entreprise, et Laëtitia Chabé-Journel, secrétaire en service social à la CAF et résidant à Huclier. Cette dernière se lance pour la première fois en politique : « Je travaille déjà avec les maisons départementales solidarité et je vois des situations difficiles, des familles en détresse. J’ai envie de faire bouger les choses. J’aime le dynamisme de Ginette, sa proximité. On peut faire une bonne équipe, j’apporterai mon point de vue et ma connaissance de terrain. » Philippe Mayeur fait aussi valoir son expérience et son parcours, dans un tout autre registre : « Je suis un autodidacte, aujourd’hui chef d’une entreprise de transport. Je n’avais pas prévu de devenir maire, tout comme je ne pensais pas aux élections départementales. J’avais rencontré Ginette lors d’une réunion qu’elle avait organisée avec les nouveaux élus. J’avais aimé son dynamisme, nous avions de bonnes affinités. Je suis plutôt dans le monde de l’entreprise, j’ai l’habitude de la gestion humaine et des finances. Nous sommes complémentaires, tous les quatre. Nous pouvons avoir des visions différentes sur certains sujets, mais il y aura toujours plus d’idées dans quatre têtes que dans une seule. »

« Les hommes politiques ont tous de bonnes idées mais ne savent pas s’entendre. Nous devons avoir pour but commun de faire avancer les choses. »

Philippe Mayeur, candidat suppléant dans le canton de Saint-Pol et maire d’Eps-Herbeval

Ce n’est donc pas une idéologie politique mais bien Ginette Beugnet et sa personnalité atypique qui ont fédéré l’équipe : « Les hommes politiques ont tous de bonnes idées mais ne savent pas s’entendre. Nous devons avoir pour but commun de faire avancer les choses », estime Philippe Mayeur, approuvé par Laëtitia Chabé-Journel : « Se prononcer en fonction de son étiquette, c’est une guerre sans fin. » « Il faut travailler pour tout le monde sans être dogmatique, résume la meneuse. On ne s’accroche pas à une carrière politique : nous avons ou avons eu des métiers, nous continuerons ensuite. Il est important de poursuivre son activité professionnelle pour ne pas être hors-sol, déconnecté du terrain. » Ginette Beugnet est même hyperconnectée, au point d’organiser un meeting virtuel avec ses colistiers où les internautes étaient invités à poser directement leurs questions : « Je communique beaucoup sur les réseaux sociaux, les habitants et les élus peuvent facilement me solliciter. Nous devons aller à la rencontre des électeurs, leur répondre même si parfois leurs questions nous chamboulent. » La candidate a d’ailleurs été secouée par les électeurs fréventins lors des dernières élections municipales à Frévent, mais elle n’est pas du genre à rester sur un échec : « Je suis une gagnante, j’y vais pour gagner. Rien n’est jamais acquis, on sait qu’on peut échouer. C’est à nous de donner envie aux électeurs de voter pour nous. »


Autres candidats dans le canton de Saint-Pol aux élections départementales des 20 et 27 juin 2021
Divers droite : Ingrid Gaillard – Claude Bachelet (Danielle Vasseur – Olivier Rigot)
Parti Communiste Français : Raphaël Mequignon – Marie-Lise Rigaux (René Grandsir – Émilie Crombez)
Rassemblement National : Lydie Surelle – Bruno Roussel (Étienette Devoye – Jérôme Condette)


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *