Deux adjoints de Bruay-La-Buissière candidats pour le Rassemblement national dans le canton de Saint-Pol


Publicités

L’extrême-droite sera évidemment représentée dans le canton de Saint-Pol aux élections départementales des 20 et 27 juin. Le Rassemblement National présente Bruno Roussel et Lydie Surelle, deux adjoints au maire de Bruay-Labuissière, ainsi que deux suppléants venus d’Hénin-Beaumont : Jérôme Condette et Étiennette Devoye. Les deux titulaires ont néanmoins un ancrage local : Lydie Surelle est originaire de Sains-lès-Pernes et son entreprise de transport y est toujours installée ; Bruno Roussel a vécu quelques années à La Thieuloye et travaille en tant qu’hypnothérapeute dans un cabinet à Bours. Côté programme, les deux candidats ont tracé quelques grandes lignes : « On souhaite faire le tour des édifices religieux et du patrimoine en péril ; voir ce qui a été fait dans les collèges et s’assurer que tout est bien équilibré, sans que certains soient oubliés », évoque Bruno Roussel. « On souhaiterait rencontrer les maires pour faire remonter leurs attentes, complète sa colistière. On veut être présents pour développer le canton. Le fait d’être élus à Bruay nous a mis dans le bain et nous avons montré ce qu’on peut faire. »

« La campagne va être trop courte pour passer du temps avec les gens et savoir ce qu’on peut leur apporter, même si on a nos idées. »

Lydie Surelle, candidate Rassemblement National pour canton de Saint-Pol

Plus qu’un projet, c’est la marque Rassemblement National que les deux candidats défendent : « On a envie de changer les choses comme on a pu le faire à Hénin-Beaumont ou Bruay-Labuissière. Ce ne sont pas les mêmes compétences au département, mais on donnera tout notre cœur pour avancer et aider les maires. Dans le Ternois, on verra ce qu’on peut faire quand on va rencontrer les élus. » Évidemment, le report des élections et la situation sanitaire ne leur facilitent pas la tâche, comme l’explique Lydie Surelle : « La campagne va être trop courte pour passer du temps avec les gens et savoir ce qu’on peut leur apporter, même si on a nos idées. » Leur priorité est donc de se faire voir et connaître. De ce côté-là, ils ont pu compter sur leur parti : lundi matin, le bus de campagne de Sébastien Chenu était bien visible sur la place de Saint-Pol, la tête de liste aux élections régionales et son équipe se sont montrés sur le marché, avec les deux candidats locaux. Ces derniers comptent aussi sur les militants et sympathisants du parti : « On manque peut-être d’ancrage sur le canton, reconnaît Bruno Roussel, mais on appelle toutes les personnes du Rassemblement national à faire campagne avec nous. »


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *