Si vous ne pouvez pas venir à la ressourcerie, c’est elle qui viendra à vous !


Publicités


« La mobilité est un gros problème dans le Ternois. Si les gens ne bougent pas, on ne peut pas les toucher. Alors, nous avons décidé d’aller à leur rencontre », explique Timothy Dollé. Coordinateur chez ATRE, il se prépare à lancer la « ressourcerie nomade », ce samedi, avec une première installation à Anvin : « Nous allons proposer la vente de divers produits de notre ressourcerie avec des thématiques différentes à chaque fois. Pour cette première, il s’agira surtout de produits liés à la musique avec des CD, des vinyles, des tables de mixage ou de vieux synthétiseurs. Nous aurons aussi du matériel informatique, tel que des écrans, des claviers, des tours… Nous ferons également de la collecte et les habitants pourront déposer de petits objets dont ils souhaitent se débarrasser. » Par ailleurs, un atelier sera proposé autour de la fabrication de produits ménagers, dans une démarche « zéro déchet », en phase avec la philosophie de la ressourcerie : « On aimerait se rendre dans une commune différente chaque mois et développer des ateliers de réparation, sur le principe des « Repair’cafés ». Aujourd’hui, on remplace des objets cassés par des neufs, les services après-vente ne fonctionnent quasiment plus, alors que nous pouvons réparer un certain nombre d’appareils », estime Timothy qui souhaite sensibiliser la population à la réduction des déchets, tout en recréant du lien social : « Ça peut donner l’idée ou l’envie à quelques habitants de se retrouver pour faire de la réparation de matériel. L’objectif est avant tout de faire réfléchir la population sur le réemploi des produits. » « En zone rurale, on voit de plus en plus de dépôts sauvages. On parle de COP 21, 22, 23, 24 et à côté de ça, certains ne font aucun effort », constate avec regret Elodie Bocquet, également coordinatrice chez ATRE.

« Nous pouvons donner une deuxième vie aux objets, tout en créant des emplois »

La ressourcerie nomade va également permettre de faire la promotion des activités de l’association, encore méconnues malgré les trente années d’existence : « Nous avons fait deux opérations de sensibilisation dans les déchetteries de Saint-Pol et de Frévent pour inviter les habitants à nous donner leurs vieux objets plutôt que de les jeter. Nous avons ainsi récupéré cinq tonnes de produits sur chaque déchetterie, ce qui montre que tout le monde n’a pas encore le réflexe d’aller en ressourcerie. Beaucoup connaissent les magasins et l’activité de débarras, mais sans réaliser tout ce qu’on peut reprendre : des livres, de la vaisselle, du matériel électronique ou même des bibelots. On peut aussi réutiliser du carrelage, des fenêtres ou du matériel de salle de bains. Nous pouvons donner une deuxième vie à tous ces objets, tout en créant des emplois aidés, ce qui permet de verser un salaire et de remettre le pied à l’étrier à des habitants. » L’association accueille ainsi une centaine de personnes en réinsertion chaque année, auxquels s’ajoutent sept salariés permanents. La ressourcerie nomade permettra donc de faire connaître toutes les activités à travers le territoire, tout en sensibilisant les habitants au recyclage et au réemploi. Après ce premier rendez-vous à Anvin, le camion pourrait faire étape à Heuchin, Pernes, Frévent ou Auxi-le-Château, mais aussi dans les communes qui en feraient la demande. Si vous ne pouvez pas venir à la ressourcerie, c’est ATRE qui viendra à vous !

Revenir en haut de page