Saint-Pol : des chèques de la mairie et d’entreprises, avant une monnaie locale pour soutenir le commerce


Publicités


Le maire de Saint-Pol avait annoncé un projet « ambitieux » pour soutenir le commerce en centre-ville lors du dernier conseil municipal. Jeudi soir, devant une soixantaine de commerçants, Benoît Demagny a dévoilé les grandes lignes du projet : « On ne veut pas distribuer des subventions, mais plutôt inciter les gens à venir consommer en centre-ville. Il s’agirait de lancer un projet solidaire entre les entreprises, les plus grandes aidant les plus petites. Intermarché, Duffroy et Descamps-Lombardo sont déjà prêts à nous suivre. »

Trois grandes entreprises prêtes à mettre la main au porte-monnaie

L’idée consiste à solliciter les grandes entreprises pour qu’elles soutiennent financièrement le commerce, la municipalité abondant un euro pour chaque euro issu du privé. L’argent serait ensuite distribué – sans doute sous une forme de type bons d’achat – à des habitants de Saint-Pol, voire d’ailleurs, pour qu’ils aillent le débourser dans le centre-ville. Les principes sont arrêtés, mais les modalités restent à définir. « Si on arrive à récolter 30 000 ou 40 000 euros auprès des entreprises, la mairie en mettra autant. Ce sera avant tout pour les Saint-Polois, mais peut-être aussi pour les habitants du secteur qui viennent consommer à Saint-Pol. La ville compte cinq mille habitants, mais on peut en drainer rapidement dix mille. Si on arrive à réveiller le centre-ville de Saint-Pol, ça fera bouger tout le territoire », estime le maire – et devenu la veille vice-président de TernoisCom chargé du développement économique. Reste à déterminer quand et comment distribuer cette manne, mais surtout comment l’utiliser : « On n’oblige personne à adhérer au dispositif, mais on demande aux commerçants et aux habitants de s’engager dans la démarche. On a souhaité confier le projet à une association indépendante de la mairie et des commerçants : l’Agora du Ternois. C’est aussi une innovation dans la gouvernance de la ville. Ça nous permet de faire germer des projets puis de les confier à des acteurs du territoire. »

« Ce sont les prémices de la création d’une monnaie locale qu’on veut mettre en place. »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol

Cette Agora du Ternois regroupe des entreprises et associations du territoire qui cogitent et travaillent sur l’économie de la fonctionnalité et de la coopération (si ce n’est pas clair, jetez un œil ici). Ce think-tank planche (à billets ?) également sur la deuxième phase de ce projet de soutien au commerce de proximité : la création d’une monnaie locale. « La première opération vise à répondre rapidement aux besoins des commerçants et invite les habitants à aller faire leurs courses dans le centre-ville. Ce sont les prémices de la création d’une monnaie locale qu’on veut mettre en place. Une monnaie locale permet de garder l’argent sur le territoire, d’y soutenir le commerce et d’y renforcer les connexions. On pourrait aussi, par exemple, donner des « Polos » (NDR : nom de travail pour la monnaie locale) à des personnes qui n’ont pas d’emploi ou qui sont en réinsertion pour qu’elles nettoient la Ternoise. La mairie pourrait ainsi récompenser des habitants, tout en soutenant le commerce local. » Il faudra attendre 2021, voire 2022, avant d’avoir des « Polos » ou autres dans son portefeuille. En revanche, la première opération de soutien au commerce devrait être mise en place dès cet automne. Si les commerçants sont plus ou moins emballés par le projet, tous saluent la démarche, comme cette commerçante de la rue des Carmes : « Au moins, on se sent écoutés et on sent une volonté de faire bouger les choses. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page