Le nouveau patron de Saint-Pol fait ses comptes et règle ceux de son prédécesseur


Publicités


Premier changement visible au conseil municipal de Saint-Pol : les carafes d’eau ont remplacé les bouteilles en plastique sur les tables. Le nouveau maire, Benoît Demagny, a également proposé aux élus d’envoyer les convocations par mail plutôt que de les faire porter : « C’est moins de papier, c’est toujours bien pour la planète et c’est un gain de temps. » Et puis, ça permet aussi de faire de petites économies, parce qu’il faut bien le reconnaître : l’argent manque déjà ! « Il va nous rester cinq ou six cent mille euros pour faire des projets en 2020. On ne va pas pouvoir faire beaucoup de choses, car nous allons avoir des hausses de remboursements de capital liés aux derniers emprunts contractés. On aura un peu d’air en 2022, mais d’ici là, on aura fait des progrès, on aura trouvé des astuces avec les agents. » En tout cas, l’astuce ne consistera pas à augmenter les impôts pour renflouer les caisses : le conseil a adopté le maintien des taux d’imposition pour le foncier bâti et non-bâti, le taux de la taxe d’habitation ayant été gelé par la réforme de la fiscalité.

« Nous devions être informés de toute décision prise par la municipalité et ça n’a pas été le cas. J’ai demandé un contrôle de la légalité au niveau de la préfecture. »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol-sur-Ternoise

Pour bien prendre la mesure de la situation, Benoît Demagny souhaite lancer deux audits au sein de la commune : un concernant les ressources humaines et un autre sur les finances : « On va faire un état des lieux et se donner des axes d’amélioration. On n’a pas assez de capacités de remboursement pour engager des projets. On ne va pas tout couper, mais on sera plutôt dans une amélioration continue. À la fin, on fera plus de choses avec moins de moyens. » L’équipe de Maurice Louf s’était d’ailleurs déjà engagée dans cette démarche, comme son successeur l’a reconnu lors de l’étude du compte administratif 2019 de la ville : « On constate une baisse de vingt-cinq mille euros sur le petit équipement et il faut saluer le travail qui a été réalisé. » En revanche, Benoît Demagny n’a pas été tendre avec Maurice Louf – absent pour cause de vacances – qu’il a accusé de népotisme et donc de mal dépenser l’argent public. Il a mis en avant une embauche réalisée le 17 mars, deux jours après le premier tour des élections municipales : « Cette embauche n’avait pas de but, pas d’intérêt, elle ne correspondait à aucun besoin. Nous devions être informés de toute décision prise par la municipalité et ça n’a pas été le cas, malgré un courrier recommandé pour avoir des explications. J’ai demandé un contrôle de la légalité au niveau de la préfecture. »

« Il y a eu beaucoup trop de recrutements des amis des amis, à la mairie. Ce ne sera plus le cas. Il n’y aura plus de piston, de favoritisme. »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol-sur-Ternoise

De plus, Benoît Demagny estime que des postes ont été attribués par favoritisme et non en fonction des compétences – les agents municipaux apprécieront : « Il y a eu beaucoup trop de recrutements des amis des amis, à la mairie. Ce ne sera plus le cas. Le recrutement devra se faire avec une procédure pour valider la compétence, l’état d’esprit, mais il n’y aura plus de piston, de favoritisme. Tout le monde aura sa chance. On ne doit pas faire une sélection parce que le maire veut embaucher telle ou telle personne. Si une de mes filles candidate, elle passera aussi par cette procédure et elle ne sera sélectionnée que si elle est retenue. Le maire n’aura pas son mot à dire. » Benoît Demagny se présente comme un meneur d’hommes et ses qualités de manageur sont louées par ses partisans. Dès son entrée en fonction, il est allé à la rencontre des employés de la ville : « Depuis trois semaines, nous avons rencontré les agents de la ville par service et lors d’une grande réunion pour leur présenter notre projet et notre état d’esprit. Les élus et les agents doivent porter le même projet. Si la ville est dynamique, on pourra plus facilement remplacer les départs en retraite, pourquoi pas embaucher, donner des perspectives aux agents et amener des projets intéressants. Les agents sont la clé de voûte de notre projet. Il faut qu’ils sentent que leur travail a du sens au quotidien. Notre volonté est de redynamiser Saint-Pol et nous partageons le même objectif. Ce n’est pas parce que je suis patron que ça ne va pas aller. »

« Notre engagement était de travailler pour le commerce du centre-ville. Avec la Covid, la situation ne s’est pas améliorée, bien au contraire. »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol-sur-Ternoise

Reste à expliciter les projets à venir pour emmener les élus, les agents et les divers acteurs de Saint-Pol. Compte tenu des finances, il ne faudra rien attendre pour cette année. La crise sanitaire aura également eu raison des festivités estivales, à commencer par la piscine municipale. Benoît Demagny a néanmoins vaguement évoqué deux sujets sur lesquels son équipe travaille. La sécurité était le premier point du programme municipal : « Nous avons rencontré la gendarmerie, avec la communauté de communes et la police municipale. On va faire des travaux en commun concernant la sécurité des citoyens. On a prévu de nombreuses actions afin d’améliorer ce volet sécurité et on s’est fixé un rythme de réunion tous les trois mois. » Parmi les pistes de travail, le maire évoque une réflexion et un état des lieux sur la vidéo-surveillance, ainsi que la réalisation d’un diagnostic local de sécurité. Le commerce était également au cœur du programme du candidat Demagny : « Notre engagement était de travailler pour le commerce du centre-ville. Avec la Covid, la situation ne s’est pas améliorée, bien au contraire. On est en cours de réflexion sur ce sujet. Prochainement, nous organiserons des rencontres avec les commerçants pour partager ce projet, avec deux niveaux d’intervention. Un premier qui sera rapide, au début de l’automne, et assez ambitieux ; et un deuxième qui permettra d’aider le commerce du centre-ville, non pas uniquement en 2020 suite à la Covid, mais aussi en 2021, 2022 avec un état d’esprit particulier pour bien dynamiser le commerce. Ce sera une fusée à deux étages. » Le maire ne s’est pas étendu sur cette opération, mais l’ambition de cette fusée pour le commerce est clair : objectif thunes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page