Voyage en absurdie : la réouverture de l’étoile de Saint-Pol célébrée à Béthune, sans représentant du Ternois


Publicités

La réouverture de deux de trois branches de l’étoile ferroviaire de Saint-Pol aurait dû être un événement dans le Ternois, mais c’est finalement à Béthune qu’un “point presse” a été organisé ce 26 avril, pour marquer la fin des travaux sur les lignes reliant Saint-Pol à Étaples et Béthune. Le président de région – candidat déclaré à la présidentielle et à sa propre succession – Xavier Bertrand était entouré de son vice-président aux transports, du maire d’Étaples, de celui de Béthune et de son épouse, elle-même conseillère régionale, venus assister au départ du TER de 9h22 à destination de Saint-Pol. Grand bénéficiaire de la reprise des liaisons ferroviaires, mais aussi principale victime des travaux, le Ternois n’était pas officiellement représenté. Seul Jérôme Jossien, conseiller municipal d’opposition à Pernes, était présent en tant que président des cheminots élus – et candidat à la législative de la 6e circonscription. « Il ne faut pas l’écrire mais le maire de Saint-Pol est en vacances – il a le droit quand même », a glissé Xavier Bertrand, pour justifier l’absence de Benoît Demagny, avant d’ajouter : « Je dois aller logiquement dans dix jours sur Saint-Pol. » « J’espère qu’il me préviendra avant ! », s’étonne le grand absent en apprenant la nouvelle, lui qui n’est d’ailleurs pas du tout en vacances : « Je suis au travail, en train de lire le rapport de la cour des comptes. »

« Je suis un peu déçu de ce fonctionnement. C’est tout de même l’étoile ferroviaire de Saint-Pol ! C’est un chantier qui dure depuis plusieurs années, ce sont les habitants d’ici qui ont été pénalisés. »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol-sur-Ternoise

Le maire de Saint-Pol n’a pas vraiment apprécié le choix de Béthune pour marquer la fin des travaux : « Je suis un peu déçu de ce fonctionnement. C’est tout de même l’étoile ferroviaire de Saint-Pol ! C’est un chantier qui dure depuis plusieurs années, ce sont les habitants d’ici qui ont été pénalisés. La réouverture des lignes est une très bonne nouvelle, ça désenclave Saint-Pol. C’est très important, notamment pour les étudiants. » Néanmoins, Benoît Demagny avait bien été convié : « Je n’ai pas pu m’y rendre, je n’ai été averti que jeudi soir. Je leur ai dit que je n’étais pas disponible, qu’il aurait fallu me prévenir quinze jours avant. » Le maire de Saint-Pol a ainsi reçu une invitation en même temps que la presse. « On fait ça à Béthune pour des raisons logistiques. À l’origine, on ne devait faire qu’une conférence de presse en visio », rappelle la chargée de communication de SNCF Réseau. « Les conditions sont très particulières. C’était beaucoup plus facile de le faire à Béthune et Monsieur le Maire de Saint-Pol n’était pas là. On ne peut pas faire ça chez lui s’il n’est pas là », complète le vice-président de la région aux transports, Franck Dhersin, sur un quai de la gare de Béthune. Pourtant, le protocole sanitaire aurait pu être aussi bien respecté sous le soleil de l’étoile ferroviaire.

« Plus jeune, j’empruntais cette ligne tous les jours pour aller à Lille : sans ce train, je n’aurais jamais pu faire d’études. »

Jérôme Jossien, président du Club des cheminots élus

L’événement a été organisé par la région, principal financeur de l’opération, alors que Saint-Pol n’a pas participé financièrement : les 98 millions d’euros d’investissement ont été supportés à 71,5 % par les Hauts-de-France, 20 % par l’État et 8,5 % par la SNCF. Xavier Bertrand n’a pas manqué de le rappeler, approuvé par son vice-président qui soulignait que beaucoup ne pensaient pas revoir un jour les trains circuler de Saint-Pol à Étaples et Béthune. Le cheminot pernois, Jérôme Jossien était d’ailleurs de ceux-là : « On s’est battu pour que cette ligne soit maintenue. Elle est très importante pour la ruralité et ses deux cent cinquante abonnés. Plus jeune, je l’empruntais tous les jours pour aller à Lille : sans ce train, je n’aurais jamais pu faire d’études. » Analyse partagée par le maire d’Étaples : « La réouverture de la ligne était attendue depuis longtemps. Sur la côte d’Opale, la mobilité est un enjeu essentiel. » Philippe Fait n’a pourtant pas essayé de rallier Béthune en train, ce qui est désormais possible en deux heures de temps : « J’avoue que je ne me suis pas soucié des horaires. » S’il l’avait fait, il aurait sans doute quand même pris sa voiture : les lignes ont rouvert mais le trafic reste réduit à cause de la période de confinement. Notre journaliste a lui-même fait le calcul : pour couvrir l’inauguration des lignes, se rendre à Béthune à l’heure et revenir à Saint-Pol dans la foulée, il fallait prendre… le bus. Le problème ne se posera pas en septembre 2022, lors de l’inauguration de la ligne Saint-Pol-Arras qui va à son tour entrer en rénovation, puisque le directeur SNCF TER HDF le promet : « On viendra à Saint-Pol pour la fin des travaux sur l’ensemble de l’étoile ferroviaire. »

➡️ Le communiqué de presse de la réouverture des lignes St-Pol-Étaples et St-Pol-Béthune


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *