Deux ans de sursis pour l’accueil du public au centre des finances de Saint-Pol

« Suite à un mouvement social, votre centre des finances publiques est exceptionnellement fermé. Si vous avez un montant d’impôt à payer, la date limite est reportée au 18 septembre. » A Saint-Pol comme un peu partout en France, bon nombre des agents des finances publiques – près de 40 % au niveau national, 37,97 % dans le département – étaient en grève ce lundi pour protester contre le « nouveau réseau de proximité » annoncé par Gérard Darmanin : « Le projet vise surtout à fermer massivement les petites trésoreries, avec la suppression de 5 800 postes en trois ans, objecte Frédéric Scalbert de la CGT Finances publiques. C’est la destruction du réseau des finances publiques et du maillage territorial. C’est un sujet important à Saint-Pol où la fermeture du centre des finances publiques a déjà été annoncée. » En mai dernier déjà, les agents du centre polopolitain étaient rejoints par des élus du secteur et des responsables syndicaux pour s’informer et dénoncer le projet : transférer l’accueil des contribuables à Arras, s’appuyer sur les maisons de service au public avec des bornes informatiques et ne conserver que quelques bureaux sur place.

« La moins mauvaise nouvelle est qu’un accueil serait maintenu à Saint-Pol »

La mobilisation semble porter ses fruits puisque la fermeture n’est plus aussi certaine aujourd’hui : « Actuellement, une négociation est en cours pour conserver une antenne à Saint-Pol avec une dizaine d’agents. Néanmoins, ce ne sera qu’une antenne, et une partie des services aux contribuables seront tout de même transférés à Arras. L’accueil du public serait maintenu mais sans que les compétences soient forcément à Saint-Pol. De plus, si cette antenne est créée, on nous a déjà annoncé que sa pérennité serait étudiée après deux ans. La moins mauvaise nouvelle est donc qu’un accueil serait maintenu à Saint-Pol, mais on ne sait pas pour combien de temps ni avec quelles compétences », prévient Frédéric Scalbert. Le responsable syndical salue la mobilisation des élus pour sauver le centre des impôts et les invite maintenant à continuer dans cette démarche : si un sursis pourrait être accordé au centre des finances de Saint-Pol, les petites trésoreries locales sont quasiment condamnées, comme à Frévent ou à Pernes. « On a déjà réussi à rouvrir des trésoreries alors que le décret de fermeture était signé. Rien n’est joué d’avance », estime le combatif représentant syndical, qui se rendra jeudi à la réunion programmée entre les élus du territoire et le directeur départemental des finances publiques. Les agents du centre de Saint-Pol ont aussi noté ce rendez-vous dans leur agenda.

Revenir en haut de page