Coupe du Ternois : l’US Boubers disqualifie l’US Saint-Pol et récupère le titre

« À ce niveau-là, c’est de la tricherie ou de l’incompétence. C’est la deuxième fois que ça arrive à Saint-Pol, alors que le club est très structuré, avec des éducateurs, des dirigeants compétents, des arbitres qui connaissent les règles. » Dirigeant et adjoint du coach de l’US Boubers, Jean-Marc Prudhomme assume totalement la réclamation qu’il a déposée contre l’US Saint-Pol suite à la finale de la coupe du Ternois : le District Artois lui a donné raison et a finalement déclaré l’US Boubers victorieuse. Pourtant, sur le terrain, l’US Saint-Pol s’était imposée sur le score de 3-5, mais avec un joueur qui n’avait pas le droit d’être aligné. « Ils avaient le droit de renforcer leur équipe avec d’autres joueurs, sauf s’ils avaient joué le dernier match d’une équipe à un niveau supérieur », explique Jean-Marc Prudhomme, qui avait vérifié dans le détail les règlements du district. En effet, d’après l’article 136 : « Ne peut participer à un match de compétition officielle tout joueur qui est entré en jeu lors de la dernière rencontre officielle … disputée par l’une des équipes supérieures de son club lorsque celle-ci ne dispute pas un match officiel le même jour ou le lendemain. Cette interdiction est prolongée jusqu’à la prochaine rencontre officielle disputée par ladite équipe. » Ainsi, lors du dernier match de championnat de l’équipe B, le 8 mai, Dylan Debuiche était bien sur le terrain et a même marqué l’unique but de l’USSP. D’après la règle, il n’aurait donc pas dû être aligné avec l’équipe C en coupe du Ternois. Ni en finale, ni même logiquement lors des deux tours précédents face à l’US Heuchin puis l’AS Vallée de la Ternoise. Le joueur a d’ailleurs marqué à chaque fois, notamment le doublé de la qualification face à l’ASVT.

Extrait de l’article 136 des règlements du District Artois

« J’aurais préféré gagner le match sur le terrain plutôt que sur tapis vert, mais sur le terrain, on avait contre nous des gars qui ont le niveau de D2 ou de R3. »

Jean-Marc Prudhomme, dirigeant de l’US Boubers-sur-Canche

Après l’annonce de la décision du District Artois, Dylan Debuiche est dépité : « Je suis vraiment désolé pour l’équipe de Boubers, ceux de Saint-Pol qui auraient pu jouer à ma place, mais aussi ceux d’Heuchin et de Monchy-Cayeux. Je ne savais pas que je n’avais pas le droit de jouer : on m’a convoqué, je suis venu. Je suis presque en colère, on s’est déjà fait avoir la dernière fois, on n’apprend pas de nos erreurs. » En effet, en 2019, l’US Saint-Pol avait loupé la précédente finale de la coupe du Ternois pour avoir aligné un joueur sous le coup d’une suspension. Cette fois, ni Heuchin ni Monchy-Cayeux n’avaient relevé l’erreur, mais Jean-Marc Prudhomme avait remarqué l’anomalie : « Quand j’ai vu les joueurs de Saint-Pol arriver, j’ai constaté que certains évoluaient en équipe B, voire en A. J’ai posé une réserve avant le match, qui a été ensuite confirmée par notre président. J’aurais préféré gagner le match sur le terrain plutôt que sur tapis vert, mais sur le terrain, on avait contre nous des gars qui ont le niveau de D2 ou de R3. Ce sont d’ailleurs eux qui ont marqué les cinq buts. Je ne dis pas qu’on aurait gagné le match si Saint-Pol avait mis son équipe C classique, mais on aurait été clairement favoris. Si j’ai posé une réserve, c’est pour défendre les intérêts de mon club, de mon village, de mes joueurs. C’est une question d’éthique : Saint-Pol n’avait pas à faire ça. »

« J’avais d’excellentes relations avec Boubers, mais nous accuser de tricherie me dérange fortement : ça reste une erreur administrative. »

Les deux clubs entretenaient jusqu’alors de bonnes relations (l’USSP avait même accueilli l’USBC pour un quatrième tour de Coupe de France) mais la belle entente pourrait ne pas survivre aux accusations de tricherie, que dément fermement le président de l’USSP : « On s’attaque à un club, à des dirigeants, des passionnés qui ne connaissent pas toutes les règles. Il s’agit d’un détail sur un point complexe. Nous ne ferons pas appel, même s’il y a probablement un litige administratif. Nous rendrons la coupe du Ternois à Boubers. » Depuis l’annonce de la décision du district donnant Boubers vainqueur, les accusations se sont déchaînées sur les réseaux sociaux : « Le déferlement contre les dirigeants me dérange. J’avais d’excellentes relations avec Boubers, mais nous accuser de tricherie me gêne fortement : ça reste une erreur administrative. Les premiers attristés, ce sont les joueurs, les dirigeants : non pas pour la décision du district, mais par la façon dont ils sont traités. C’est une maladresse administrative, je ne supporte pas la triche : c’est à l’opposé des valeurs qu’on veut véhiculer. » Gérald Delforge assume son rôle de président et défend son staff et ses joueurs : « Une erreur peut arriver à tout le monde, elle est démultipliée parce que nous sommes le plus gros club du Ternois. En 2019, ce n’était pas le même cas de figure, pas les mêmes dirigeants. On essaie d’être un club à dimension humaine, avec ses valeurs et ses maladresses. On était content de faire jouer Dylan qui s’occupe de nos U18, ça faisait partie de la fête. D’autres joueurs qui ont un très bon niveau auraient pu être sur le terrain. On n’a pas voulu gagner à tout prix. »

« On réalise le doublé avec le championnat et la Coupe du Ternois, pas avec la manière. Le groupe est content, mais ça va laisser des traces. »

Guillaume Laniez, entraîneur de l’US Boubers et dirigeant de l’US Saint-Pol

Et puis il y a Guillaume Laniez, le cul entre deux clubs. Licencié à l’USBC depuis sa création en 1976, il était sur le banc en tant que coach lors de la finale de Coupe du Ternois face à Saint-Pol. Il entraîne également les U18 de l’USSP et siège au comité directeur du club. « Ça ne va pas être facile, reconnaît-il. Les relations entre les deux clubs étaient très bonnes, il ne faut pas envenimer les choses. » Il explique d’ailleurs qu’à titre personnel, il ne souhaitait pas porter une réserve contre Saint-Pol : « Je voulais l’emporter sportivement, sur le terrain, à la loyale. Gagner sur tapis vert, je n’en fais pas une gloire. Je trouve ça dommage, ça n’a pas la même saveur. » Néanmoins, en tant que dirigeant de l’USSP, il s’interroge sur cette bévue : « Si on était un petit club, on pourrait le comprendre, mais dans un club structuré comme ça, c’est soit de l’incompétence, soit de la tricherie. Je ne pense pas du tout que ce soit volontaire, on n’est pas au point sur les questions de règlements. On n’a pas le droit de faire une erreur pareille, surtout deux fois de suite. Ça me chagrine beaucoup pour Saint-Pol. À Boubers, on a simplement fait appliquer le règlement. On réalise le doublé avec le championnat et la Coupe du Ternois, pas avec la manière. Le groupe est content, mais ça va laisser des traces. »

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *