Huit décès liés à l’épidémie de Covid-19 au centre hospitalier du Ternois


Publicités


« Malheureusement, malgré l’engagement de nos équipes, nous avons enregistré huit décès parmi les résidents du centre hospitalier du Ternois. Il s’agit de personnes âgées, présentant des comorbidités, hébergées dans les structures de Gauchin-Verloingt », indique Pierre Bertrand. Le directeur du groupe hospitalier Artois-Ternois précise que le Covid-19 n’a pas été formellement dépisté chez tous les résidents décédés, mais il n’a pas de doute sur le lien avec la pandémie actuelle. Tous les cas ont été recensés dans les structures installées à Gauchin-Verloingt, les autres établissements* n’ayant déploré aucun décès jusqu’à présent : « Nous avons trois cas de Covid au foyer de vie La Pannerie de Frévent, mais ce sont des personnes plus jeunes, qui ne présentent pas de comorbidité. Nous avons pris les mesures d’isolement nécessaires », précise Bincy Darré, cheffe du pôle gérontologie.

« Deux résidents ont été dépistés positifs au Covid-19 alors qu’ils étaient transférés à Arras pour d’autres pathologies. »

Docteur Kokouvi Soadjédé

Les inquiétudes portent donc essentiellement sur les structures de Gauchin-Verloingt, où la présence du coronavirus a été détectée fin mars : « Deux résidents ont été dépistés positifs au Covid-19 alors qu’ils étaient transférés à Arras pour d’autres pathologies. Le premier cas connu est un patient du SSR qui a été hospitalisé pour des problèmes cardiaques au centre hospitalier d’Arras le 21 mars et il s’est révélé porteur du virus. Aujourd’hui, cette personne va relativement bien, elle est en isolement dans notre service de soins de suite et de réadaptation. Une deuxième résidente de l’unité de vie Alzheimer a été prise en charge à Arras et un scanner a révélé des liaisons liées au Covid », détaille le docteur Kokouvi Soadjédé. 

« Les résidents ne sortent pas de leur chambre et nous faisons tout pour que le virus ne soit pas importé par nos personnels. »

Pierre Bertrand, directeur du Groupe hospitalier Artois-Ternois

Depuis fin mars, le centre hospitalier du Ternois a ainsi déploré six décès au SSR et deux à l’UVA (le dernier datant de ce jeudi 9 avril), et six cas ont été confirmés parmi les 370 résidents hébergés dans les Ehpad gérés par le Centre Hospitalier du Ternois. « Ceux présentant des symptômes ont été isolés dans une aile de l’UVA ou transférés en confinement au service de soins de suite. Nous travaillons également avec le centre hospitalier d’Arras et la polyclinique du Ternois, chacun accueillant deux de nos résidents, afin de décharger nos équipes. J’espère surtout que nous n’avons pas raté d’autres cas de contamination chez des résidents qui pourraient ne pas présenter de symptômes, mais je suis plutôt confiant compte tenu des mesures que nous avons prises. Les résidents ne sortent pas de leur chambre et nous faisons tout pour que le virus ne soit pas importé par nos personnels », assure Pierre Bertrand.

« Nous devons assurer la prise en charge de nos résidents alors que notre propre personnel est frappé par l’épidémie. »

Pierre Bertrand, directeur du Groupe hospitalier Artois-Ternois

D’ailleurs, le personnel n’a pas été épargné par l’épidémie : « Nous avons une trentaine d’agents à l’arrêt : sept – dont un médecin – en lien direct avec le Covid, les autres ayant été mis en retrait par précaution parce qu’ils souffrent de pathologies qui les rendent plus fragiles au virus. » Pour pallier ces absences, le centre hospitalier du Ternois a fait appel à des élèves infirmiers et s’appuie également sur la médecine de ville, les infirmiers libéraux et la polyclinique du Ternois. Dans ce contexte de crise, Pierre Bertrand salue la mobilisation de tous : « Nous devons relever un double défi : assurer la prise en charge de nos résidents dans un contexte difficile, alors que nous avons moins de ressources qu’en temps normal, puisque notre propre personnel est frappé par l’épidémie. Nos équipes médicales et paramédicales sont très dévouées, mais nous devons tenir dans la durée. Nous avons encore au moins quatre semaines devant nous : ce n’est pas un sprint, mais un marathon. »

* Le centre hospitalier du Ternois compte quelque cinq cents agents et accueille quatre cent quatre-vingts résidents dans ses différentes structures de Gauchin-Verloingt (service de Soins de suite et de réadaptation gérontologique, Ehpad les Hortensias avec 80 lits, Unité de vie Alzheimer Carpe Diem avec 27 lits, Unité de soins de longue durée), de Saint-Pol (Ehpad L’Oasis), de Frévent (Ehpad Les Pommiers, foyer de vie Les Châtaigniers et La Pannerie) et d’Auxi-le-Château (Ehpad Les Varennes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page