La Polyclinique du Ternois va rouvrir sa cellule Covid et doit réorganiser ses activités


Publicités

« Le Plan blanc a été activé hier par l’Agence régionale de santé, car les indicateurs sont montés en flèche le week-end dernier. Nous sommes en train de nous préparer à la réouverture d’une unité Covid, comme lors de la première vague », annonce le directeur de la Polyclinique du Ternois. En mars dernier, l’établissement avait ouvert une cellule dédiée à l’accueil des patients atteints du coronavirus avec sept, puis quatorze lits. Celle-ci devrait rouvrir dès la semaine prochaine, lundi ou mardi, mais dans un contexte différent, voire plus difficile, qu’au printemps : « Le nombre de lits dépendra des ressources humaines disponibles et nous sommes déjà en tension sur ce point. Lors de la première vague, nos personnels étaient moins touchés par le virus et nous avions le soutien de la réserve sanitaire. Aujourd’hui, plusieurs salariés sont des cas contacts et sont en arrêt de travail. La réserve sanitaire est moins disponible car ce sont toutes les régions qui sont touchées désormais. Pour l’instant, c’est tendu, mais on arrive à fonctionner. »

« Le nombre de patients qui passent aux urgences et le taux d’hospitalisation a fortement augmenté le week-end dernier et ça devrait se poursuivre dans les deux à trois semaines à venir. »

Laurent De Rycke, directeur de la Polyclinique du Ternois

La Polyclinique du Ternois se prépare donc à réorganiser ses activités et à revoir ses priorités : les établissements de l’AHNAC « ont d’ores et déjà amorcé la déprogrammation des consultations et des interventions non urgentes ». « Nous étudions les possibilités d’interrompre et de reprogrammer les patients en SSR spécialisé pour des maladies chroniques, pour lesquels on a moins d’urgence d’hospitalisation. Les sorties de chirurgie seront toujours prises en charge évidemment, mais nous devons réorganiser nos activités. On va probablement restreindre les visites à partir du moment où on aura ouvert l’unité Covid, voire avant selon l’avis des médecins », annonce le directeur. En revanche, le service d’accueil non programmé (NDR : les urgences) continuera de fonctionner, notamment pour éviter d’engorger les autres établissements de santé : « Au niveau local, on n’a pas constaté d’augmentation du nombre de passages pour Covid depuis septembre. On est surtout là en appui des autres établissements. Nous travaillons en coordination avec l’ensemble du groupe Ahnac et les groupes hospitaliers du territoire. Le nombre de patients qui passent aux urgences et le taux d’hospitalisation ont fortement augmenté le week-end dernier et ça devrait se poursuivre dans les deux à trois semaines à venir. »

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *