À quinze ans, Woodley a quitté l’Australie pour une année dans le Ternois


Publicités

« Je n’avais jamais vu la neige ! Chez moi, à Melbourne, il ne fait que pleuvoir, en hiver. Ici, il fait très froid. » En janvier dernier, Woodley Angus a quitté l’été australien et posé ses valises dans le Ternois pour une année. Depuis son arrivée, il est scolarisé en classe de seconde au lycée Châtelet. « Quand je suis arrivé, une Australienne était aussi dans ma classe. Elle m’a présenté les autres élèves, fait visiter le lycée. Tout le monde est très sympathique avec moi. »

« En anglais, j’aidais les autres, mais le professeur m’a demandé d’arrêter »

L’intégration du jeune expatrié s’est déroulée sans difficulté, mais comprendre les cours est autrement plus compliqué. Bien qu’il ait de bonnes bases en français et qu’il s’améliore de jour en jour, il doit s’accrocher pour suivre les cours : « J’ai appris le français depuis quatre ans, mais c’est difficile au lycée parce que les professeurs parlent très vite. En sciences, ça va, car beaucoup de mots se ressemblent. En anglais, j’aidais les autres, mais le professeur m’a demandé d’arrêter », sourit le jeune Australien, qui déteste en revanche les cours d’espagnol qui nécessitent une gymnastique intellectuelle pour passer de l’espagnol au français, puis à l’anglais. « Il est très fatigué, d’autant plus que les journées sont plus longues ici qu’en Australie où ils finissent les cours à 15h », souligne Bertrand Vanthuyne qui héberge le jeune Australien à Gauchin-Verloingt. « Il va changer de famille tous les trois mois afin qu’il puisse voir un maximum de choses durant son séjour. Ensuite, nous hébergerons Ana, une Néo-Zélandaise qui vient aussi d’arriver dans le Ternois. Woodley est le quatrième jeune que nous accueillons dans le cadre du programme d’échange du Rotary. L’objectif est de promouvoir la paix dans le monde en permettant à des jeunes du monde entier de découvrir d’autres cultures. »

« J’aime bien Saint-Pol car c’est une petite ville, tout est proche »

Actuellement, une quarantaine de jeunes issus de divers pays séjournent dans les Hauts-de-France. Ils se retrouvent régulièrement pour explorer la région, le pays et vont réaliser un tour d’Europe durant deux semaines, mais l’essentiel de leur temps se déroule en immersion. « Il vit avec nous au quotidien. Ce n’est pas un petit prince, il vide le lave-vaisselle, comme tout le monde », sourit Martine Vanthuyne. « Woodley est très volontaire pour parler français. Pour l’aider, on met des post-it un peu partout dans la maison avec les mots qu’il ne connaît pas encore. L’objectif est aussi de développer l’autonomie. Le matin, je le dépose au lycée, mais il rentre à pied tout seul après les cours. » Woodley a ainsi pu explorer Saint-Pol, même s’il en a vite fait le tour : « En Australie, j’habite dans une ville de trente-trois mille habitants, à côté de Melbourne qui en compte près de trois millions. J’aime bien Saint-Pol car c’est une petite ville, tout est proche. » Malheureusement, impossible pour le jeune Australien de s’adonner à ses activités favorites : le cricket et le football australien (une sorte de football américain ou de rugby, en plus violent). Quant à notre football à nous, ce n’est pas vraiment son truc. Woodley ignorait que son pays allait affronter la France lors de la Coupe du Monde, l’été prochain : « J’y ai joué quand j’étais plus jeune, et j’aime bien regarder le soccer. Je ne savais pas que nous allions affronter la France, mais je regarderai le match alors. Allez, l’Australie ! »

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee