TernoisCom dégage 200 000 euros pour aider les petites entreprises touchées par la crise sanitaire


Publicités


La communauté de communes TernoisCom a prévu une enveloppe de 200 000 euros pour aider les petites entreprises du territoire, suite à la crise de la Covid-19. L’opération se fera en deux étapes, avec tout d’abord une avance de trésorerie de cinq à quinze mille euros pour les entreprises (jusqu’à trente mille euros pour les associations) proposée en partenariat avec la région et la Banque des territoires. Pour ce « fonds de relance économique », TernoisCom contribuera à hauteur de deux euros par habitant, soit 76 000 euros au total, la région et la Banque des territoires apportant la même somme. « Ce qui nous fait 228 000 euros pour proposer des actions sous forme de prêts pour les entreprises ayant au maximum cinq salariés. Nous pouvons toucher ceux qui ont peut-être perçu le moins d’aides pour le moment », a annoncé le président Marc Bridoux. « Cette avance sera remboursable sur trente-six mois, après un différé de douze mois, sans intérêtq ni garantie », précise la délibération. L’opération sera portée par Initiative Ternois-Artois-7 Vallées et les demandes devront être validées par un comité où siégeront des représentants de TernoisCom, de la région et de la Banque des territoires.

1 000 à 2 000 euros pour les petites entreprises contraintes de fermer pendant le confinement

Le deuxième volet de l’opération prévoit 124 000 euros d’aides directes, là encore à destination des petites entreprises (moins de cinq salariés en équivalent temps plein) ayant subi une fermeture administrative pendant le confinement (du 16 mars au 11 mai). Chacune pourra bénéficier d’une aide de 1 000 à 2 000 euros, mais ce dispositif ne sera mis en place « qu’après la consommation de l’enveloppe » des avances remboursables. « Nous allons d’abord communiquer sur les prêts disponibles avec nos trois partenaires, puis sur les subventions directes, début septembre, a précisé Marc Bridoux. On va en avoir besoin car le dur de la crise n’est pas encore arrivé. Tout le monde redoute le quatrième trimestre. »

Renseignements auprès du service développement économique de TernoisCom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page