Du fumier déversé devant le centre des impôts de Saint-Pol


Publicités


« C’est le merdier », constate sobrement un agent municipal, devant le tas de fumier fumant encore devant le centre du trésor public de Saint-Pol. Dans la pâle lumière du soleil levant, les élèves et leurs parents se rendant à l’école observent avec curiosité les employés communaux qui nettoient le parking : « C’est surtout nous qui sommes emmerdés. On a été appelés à six heures du matin pour intervenir. On avait autre chose à faire aujourd’hui. On va mettre tout ça derrière notre centre technique, ça va nous servir pour faire du compost. On n’aura pas à acheter du fumier », relative un employé de la ville. Pendant ce temps, la gendarmerie entre au siège de TernoisCom pour consulter les images de la vidéosurveillance afin d’identifier les auteurs de l’action qui n’est pas signée. Selon une vidéo postée sur les réseaux sociaux, au moins trois tracteurs et deux remorques étaient à l’œuvre dans la nuit de mercredi à jeudi. Deux pancartes ont été déposées avec un message : « Macron, fini les discussions, on passe à l’action ».

« Ça fait longtemps qu’on alerte sur le feu qui couve dans les campagnes. »

Karel Lesaffre, secrétaire départemental de la FDSEA

Depuis quelques jours, des agriculteurs protestent à travers le pays contre le décret paru sur les « zones de non traitement » – ZNT. La FDSEA est mobilisée sur le sujet dans le Pas-de-Calais : « Nous avons organisé des manifestations à Saint-Omer et Arras, mais c’est tout. Pour l’instant, on attend des directives nationales. Si des agriculteurs prennent des initiatives personnelles, c’est un peu embêtant », estime-t-on au siège du syndicat. Pour le secrétaire départemental, ces initiatives locales ne sont pas surprenantes : « Je n’étais pas au courant de cette action à Saint-Pol, assure Karel Lesaffre. Je ne suis pas étonné, vu l’ambiance dans les campagnes. Ça fait longtemps qu’on alerte sur le feu qui couve dans les campagnes. Des agriculteurs mènent des actions sporadiques, de façon spontanée, ce n’est pas encadrée. Il s’agit de viser ce qui représente l’Etat, le gouvernement en place qui a fait passer le décret sur les ZNT : il a été signé le 29 décembre 2019 pour une application au 1er janvier 2020. Aujourd’hui, on ne connaît même pas la liste des produits concernés. » Une explication qui éclaire les raisons de la présence de fumier devant le centre des impôts. Le message n’était pas forcément clair pour les passants, mais pour les agriculteurs à l’origine de l’action, la colère est bien là et ils l’expriment à leur façon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page