Un jardin partagé ouvert à tous les habitants de Saint-Pol

« Tous les volontaires sont invités à partager une parcelle de jardin. Il n’est pas nécessaire de savoir jardiner, l’objectif est d’apprendre, de discuter des plantes à cultiver et de le faire ensemble », précise Florence Leclerc. Animatrice à la ville de Saint-Pol, elle est déjà à l’intiative de “L’incroyable comestible”, le petit bac potager à l’entrée de la Maison pour tous. Cette fois, elle défend un projet plus ambitieux porté par la municipalité, en partenariat avec le département et le bailleur Pas-de-Calais Habitat. La ville a récupéré deux parcelles des jardins ouvriers et souhaite les mettre à la disposition de tous. « Dans “jardin partagé”, les deux termes sont importants, souligne l’adjoint René Grandsir. Il s’agit de jardiner, mais aussi d’offrir un lieu de socialisation pour échanger, voire refaire le monde! L’important est de constituer un groupe de départ avec des personnes motivées. »

« Les jardins sont ouverts à tous les habitants de Saint-Pol, qu’ils aient ou non des compétences en jardinage. »

Alain Caveye, responsable du service animation de la ville de Saint-Pol

La réunion de présentation a rassemblé quelque vingt-cinq personnes, dont deux tiers d’élus et de candidats aux municipales, mais aussi quelques jardiniers qui pourraient contribuer à lancer la démarche. « On peut démarrer à très peu. L’objectif est que les habitants s’approprient les lieux. Les jardins sont ouverts à tous les habitants de Saint-Pol, qu’ils aient ou non des compétences en jardinage. C’est aussi une façon d’animer le quartier : on pourrait imaginer des soirées autour des produits récoltés, des barbecues, des concours de soupe », prédit Alain Caveye. Le responsable du service animation de la ville souligne que la cuisine de la « Maison pour tous » va être entièrement réhabilitée, ce qui ouvre également d’autres perspectives.

Passer directement du jardin à l’assiette

« On peut guider les habitants pour que les produits puissent passer directement du jardin à l’assiette. Ce peut être une façon de leur apprendre commencer épicer et aromatiser les plats, de donner envie de manger des légumes, de redécouvrir des plantes anciennes ou mal-aimées. On pourrait aussi envisager une grainothèque, pour échanger des graines en plus des savoirs », suggère Stéphanie Lachery, chargée de la mise en place du projet, qui pourra s’appuyer sur l’expérience du bailleur Pas-de-Calais Habitat dans ce domaine, comme l’explique Sabine Lippens : « Nous avons des personnes expérimentées qui peuvent vous aider à concrétiser ce projet. Nous avons déjà réalisé plusieurs jardins partagés dans le département. A Arras, nous avons même qui disposent aujourd’hui d’une ruche, d’un poulailler, avec de la permaculture. C’est ni plus ni moins que la continuité des jardins ouvriers. C’est aussi un prétexte pour faire sortir les locataires de chez eux et pour valoriser les talents. »

« J’aime bien jardiner , mais il y a des trucs qui me gonflent, comme les carottes qu’il faut repiquer »

Un jardinier en herbe

Pour cette première rencontre, les jardiniers en herbe sont certes peu nombreux mais déjà, les échanges se nouent, par la parole tout d’abord, entre les habitants et les promoteurs du projet, avec des discussions autour de la permaculture, l’entretien des muriers, la plantation des lentilles… « Je n’ai pas forcément la main verte, j’aime bien jardiner , mais il y a des trucs qui me gonflent, comme les carottes qu’il faut repiquer », confie un jardinier amateur, tandis qu’un autre souligne l’importance de ne pas planter les échalotes à l’envers. « Au-delà des légumes, on peut planter des aromates, des fleurs, voire des arbustes », souligne René Grandsir, pour qui cette première réunion est prometteuse, même si seule une poignée de jardiniers se sont présentés : « On plante de petites graines au début, elles poussent et se répandent ensuite. » « Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page