Cathy Vanhille en chef d’orchestre de la mairie de Saint-Pol, pour mettre en musique les projets du maire


Publicités

« On gère une mairie comme une entreprise. On ne vend pas de produits, mais on doit rendre un service de qualité aux habitants. On doit gérer un budget, du personnel, comme dans une entreprise. » Ça ressemble à du Benoît Demagny en campagne électorale, pourtant ce sont bien les propos de la nouvelle directrice générale des services – DGS – de Saint-Pol-sur-Ternoise. Cathy Vanhille a le même discours, le même âge, le même profil que l’atypique maire de Saint-Pol : « Ça a tout de suite matché », résume la DGS.

Formation d’ingénieur, passage par le privé avant la fonction publique

À l’instar de son nouveau patron, Cathy Vanhille a un parcours original : formée à l’Institut catholique des arts et métiers, l’ingénieure a tout d’abord été responsable production dans une boîte de mécanique, puis a travaillé sur le développement économique des entreprises pour le ministère de l’Industrie. « J’ai rencontré de nombreux agents des collectivités territoriales et j’ai découvert qu’elles avaient aussi besoin de techniciens », explique-t-elle. Au tournant de la trentaine, la jeune femme réussit le concours d’ingénieur territorial, passe par la métropole d’Amiens et des communautés de communes de la Somme et de l’Oise, où elle se retrouve chargée des déchets, de l’eau, de l’assainissement, de la voirie ou des bâtiments. « J’ai toujours travaillé sous l’autorité d’un DGS. Avec le renouvellement des mandats municipaux, c’était le moment de me lancer sur ce genre de poste. Je voulais plutôt une commune à taille humaine, de cinq mille habitants, avec un maire et une équipe qui ont envie d’avancer. »

« Je ne connaissais pas vraiment la ville. Avant, je la traversais ; maintenant, je vais la découvrir»

Cathy Vanhille, directrice générale des services de la ville de Saint-Pol-sur-Ternoise

Justement, la municipalité de Saint-Pol était à la recherche d’un nouveau DGS : le maire avait ouvert un poste d’ingénieur territorial de catégorie A et sollicité un « cabinet de chasseurs de têtes » pour trouver le profil idéal. Finalement, il n’était pas bien loin : « Je suis originaire d’Isbergues, je traverse Saint-Pol depuis vingt-trois ans, mais à part la rue de Canteraine et la rue de Béthune, je ne connaissais pas vraiment la ville. Avant, je la traversais ; maintenant, je vais la découvrir », admet Cathy Vanhille. Dès son arrivée le 18 janvier à son premier poste de DGS, elle a été plongée dans le bain polopolitain : « J’ai rencontré l’ensemble des agents dès le premier jour, en petits groupes, à l’occasion des vœux du maire au personnel. Je veux prendre le temps de rencontrer tout le monde, d’instaurer un dialogue social, créer un état d’esprit. Le DGS est un peu le chef d’orchestre de la collectivité, il doit mettre en musique les projets. » Le maire, Benoît Demagny, va pouvoir se concentrer sur son rôle de compositeur : « On voulait justement un profil plus axé sur la gestion de projets que sur les questions juridiques. Le recrutement du DGS est l’une des décisions les plus importantes de notre mandat. Maintenant, c’est Cathy qui manage. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *