Benoît Demagny enfile le collier de maire de Saint-Pol lors du premier conseil municipal, en l’absence de Maurice Louf


Publicités


Élu sans surprise maire de Saint-Pol-sur-Ternoise lors du premier conseil municipal de cette nouvelle mandature, Benoît Demagny a commencé son discours en souhaitant un prompt rétablissement à Maurice Louf : le désormais ancien maire était absent pour cause de maladie. Même si transmettre son écharpe à son successeur l’aurait sans doute rendu malade, Maurice Louf n’a pas demandé un mot d’excuse de complaisance et il était bel et bien souffrant – mais il se rétablit. C’est donc la première adjointe et doyenne, Claude Roussez, qui a présidé la séance d’installation qui s’est déroulée dans des circonstances particulières, compte tenu de la crise sanitaire. Cette première réunion du nouveau conseil municipal s’est tenue dans la salle des fêtes, « peut-être qu’il y en aura d’autres comme ça » a d’ailleurs prévenu le nouveau maire. Chaque conseiller municipal pouvait inviter une personne et le public s’est installé à l’étage, dans la tribune, sur des chaises espacées selon les règles sanitaires. La municipalité avait monté une sono à l’extérieur, mais personne n’a suivi la séance sur le parvis de la salle des fêtes. La nouvelle équipe municipale avait également prévu une retransmission en direct sur Facebook, qui a rassemblé plus de cent soixante personnes simultanément.

« Les élections se sont déroulées dans des conditions extraordinaires. On pourrait beaucoup gloser, se demander quelle sera la représentativité réelle des élus, mais le résultat est là. »

Claude Roussez, conseillère municipale d’opposition

Avant de passer la main à l’équipe suivante, Claude Roussez a tenu à s’exprimer sur la situation : « Les élections se sont déroulées dans des conditions extraordinaires. On pourrait beaucoup gloser, se demander quelle sera la représentativité réelle des élus, mais le résultat est là. Aussi décevantes qu’elles aient été pour nous, ces élections ne nous ont pas fait perdre l’envie de travailler pour Saint-Pol et le bien de la population. » Pour l’attester, Claude Roussez s’est d’ailleurs portée candidate au poste de maire face à Benoît Demagny, mais c’est bien évidemment ce dernier qui a été désigné par les vingt-et-un élus de sa liste. L’ancienne première adjointe a ceint le nouveau maire du collier tricolore et cédé la présidence de séance.

Benoît Demagny a proposé de désigner six adjoints : deux anciens de l’équipe de Maurice Louf, deux anciens de l’équipe d’Yves Héniart et deux novices. « Ainsi, nous garderons une enveloppe budgétaire constante en désignant huit conseillers délégués », a expliqué Benoît Demagny. Danielle Vasseur était pressentie au poste de première adjointe, mais elle a décidé de laisser sa place, estimant qu’elle était déjà très investie par ailleurs et expliquant qu’elle souhaitait garder un peu de temps pour sa vie personnelle. Didier Hochart a été désigné premier adjoint et chargé de l’action économique et de la gestion communale ; Danielle Vasseur a été nommée à l’action sociale et la solidarité ; Dominique Degouve aux travaux, au cadre de vie et à la sécurité ; Martine Dusart à l’éducation, la jeunesse et la culture ; Marc Ricart aux sports, équipements et à la vie associative – poste qu’il occupait sous le mandat de Maurice Louf ; et Sandra Chéry aux événements et aux actions environnementales.

« C’est au pied du mur qu’on juge la performance du maçon. Soyons de bons maçons pour Saint-Pol. Nous avons un projet commun à partager. »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol-sur-Ternoise

La préfecture avait donné pour consigne d’abréger les séances, ce qui a permis d’éviter la lecture fastidieuse des textes législatifs et de la charte de l’élu local, mais le maire ne pouvait se dispenser d’un discours d’investiture pour remercier les Saint-Polois, son équipe et les agents municipaux, grâce à qui le scrutin a pu se dérouler « en toute sérénité ». « Nous avons débuté cette aventure à vingt-neuf et aujourd’hui, nous sommes vingt-et-un mais ceux qui n’ont pas été élus ne seront pas oubliés. On fait tous partie d’une même équipe et on continuera à travailler ensemble », a lancé Benoît Demagny à l’adresse de ses colistiers malheureux. « 45 % de la population a voté pour la liste de Maurice Louf et il est important que nous soyons à l’écoute de son équipe, dans une démarche constructive mais pas dans une opposition qui nous ferait perdre du temps. Nous sommes tous là pour un même enjeu : servir les Saint-Poloises et les Saint-Polois. Je dois néanmoins regretter que, malgré mes sollicitations, aucun dossier ne m’ait été transféré par Maurice Louf », a déploré le nouveau maire, avant de se tourner vers le nouvel avenir de Saint-Pol – pour paraphraser le nom de sa liste : « Je mesure la responsabilité qui m’est donnée ce soir, mais aussi les attentes des Saint-Polois. Un mandat, c’est six ans. Il n’est pas interdit de penser qu’on puisse en faire un deuxième. C’est douze ans de sa vie à consacrer à Saint-Pol. C’est au pied du mur qu’on juge la performance du maçon. Soyons de bons maçons pour Saint-Pol. Nous avons un projet commun à partager. Il est important de mobiliser tous les acteurs de la ville. Nous avons tous le même objectif : habiter ou être dans une ville avec une dynamique très forte. Nous sommes nombreux à vouloir le bien de Saint-Pol, ça peut faire du bruit et du changement important. »

« Saint-Pol doit retrouver son rôle de centre-bourg. Même à Saint-Michel, on sera fier d’avoir une ville de Saint-Pol forte et en développement. »

Benoît Demagny, maire de Saint-Pol-sur-Ternoise

Benoît Demagny a ainsi annoncé qu’il souhaitait mettre en place rapidement des collectifs de citoyens et que le premier chantier sera d’aider les commerçants, restaurants et bars de la ville. Ce point était déjà inscrit dans son programme, mais la crise du coronavirus a exacerbé les difficultés du commerce local. Le nouveau maire veut également travailler au rayonnement de la commune, en travaillant avec les communes voisines : « Saint-Pol doit retrouver son rôle de centre-bourg. Même à Saint-Michel, on sera fier d’avoir une ville de Saint-Pol forte et en développement. » Et de conclure, avant les applaudissements et la photo de rigueur : « C’est une première étape aujourd’hui, nous avons six ans pour bien travailler. Vive Saint-Pol. Avançons ensemble vers un nouvel avenir. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page