Le pari de la jeunesse pour l’avenir de l’Europe et du jumelage avec Hebden-Royd


Publicités

Quelques jours après les élections européennes, une délégation de Britanniques d’Hebden-Royd débarquait à Saint-Pol pour célébrer les quarante ans du jumelage unissant les deux villes. Quatre jours de retrouvailles, de partages et d’échanges entre amis, mais pour ces Européens européistes convaincus, l’avenir était assombri par la victoire de l’extrême-droite chez nous et par le Brexit qui se prépare de l’autre côté de la Manche. « Depuis quarante ans, le monde a changé avec Internet, le terrorisme, les migrations, le réchauffement climatique, résumait le maire, Maurice Louf, lors de la cérémonie officielle. Ce sont autant de défis qui doivent être relevés dans les années à venir et l’Europe a un rôle à jouer. Entre la volonté de la Grande-Bretagne de quitter l’Union Européenne et la montée de l’extrême-droite et des eurosceptiques, quelle est la place de notre jumelage ? Ce peut être un atout pour affronter positivement ces défis et permettre aux jeunes de mieux aborder l’avenir. » Ces derniers étaient d’ailleurs à l’honneur pour apporter un peu d’espoir et préparer le devenir des relations franco-britanniques. La présentation était assurée par deux collégiennes, alternant la langue de Molière avec celle de Shakespeare.

« Nous tenions à ce que toutes ces jeunes femmes témoignent de leur engagement »

Après la série de discours des officiels, unanimement inquiets pour l’Europe mais confiants dans les liens du jumelage, quelques collégiennes sont venues apporter leur témoignage, notamment deux sœurs jumelées depuis plusieurs années avec deux autres frangines d’outre-Manche : « Nous sommes toutes devenues amies, même avec leurs parents. » Etonnamment, la jeunesse n’était représentée que par des femmes et toutes ont été invitées à apposer leur signature à la suite de celles des officiels : « Nous tenions à ce que toutes ces jeunes femmes signent le livre d’or pour témoigner de leur engagement. C’est peut-être le signe que les femmes sont l’avenir de l’Europe », souriait l’adjointe Claude Roussez, particulièrement investie dans le jumelage et qui espère que d’autres reprendront le flambeau à l’avenir. « Rapprochons-nous au lieu de nous cacher derrière nos frontières. Le nationalisme exacerbé n’a conduit qu’à des drames sur le sol européen », rappelait Gérard Bocquillon, président de l’association de jumelage, avant de conclure par le célèbre : « United we stand, divided we fall. »

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee