Incendie de Lubrizol : pas d’arrêté du préfet, faute de signalements par les habitants


Publicités

Contrairement à celles du Nord, de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne, la préfecture du Pas-de-Calais n’a – pour l’instant – pris aucun arrêté suite à l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen. Non pas parce que le nuage de Lubrizol s’est arrêté aux frontières du département, mais parce que les habitants n’ont pas signalé leurs observations, pourtant nombreuses. Dimanche soir – quatre jours après l’incendie – un communiqué de presse de la préfecture de région dressait une liste de communes qui « auraient été impactées par les retombées du panache de fumée », dont trois dans le Pas-de-Calais : Saint-Pol-sur-Ternoise, Avesnes-le-Comte et le village de Beaudricourt. Pourquoi ces communes et pas d’autres ? Parce que ce sont les seules qui ont été signalées à la préfecture : « Les signalements ont été faits par des particuliers, mais quand nos services se sont rendus sur place, tout avait été nettoyé et nous n’avons pas pu vérifier de quoi il s’agissait », explique le service communication de la préfecture. Nos confrères de La Voix du Nord expliquent en détail à quoi correspondaient ces trois signalements, précisant d’ailleurs que les suies repérées sur une voiture à Saint-Pol n’avaient pas de lien avec l’incendie de Lubrizol.

Une cellule d’information ouverte lundi pour signaler la présence de suies

Pourtant, des dizaines de personnes ont confirmé avoir senti de fortes odeurs d’hydrocarbures jeudi : plusieurs se sont exprimées sur notre page Facebook, France 3 a recueilli divers témoignages au marché de Saint-Pol et les membres de notre rédaction ont également constaté ces odeurs. De plus, des internautes ont publié des photos et vidéos attestant de la présence de suies – ou du moins de poussières noires – un peu partout dans le Ternois. Aucun n’avait eu l’idée de contacter les services de l’Etat avant que la préfecture mette en place, lundi après-midi, une « cellule d’information du public », pour que le public informe la préfecture de la présence de suies. Après cinq jours et une pluie quasi-continue, il risque d’être difficile de constater la présence de retombées liées à l’incendie de jeudi. «Le préfet du Pas-de-Calais n’a pas pris d’arrêté et n’en prendra pas, sauf si on redécouvre des retombées de suies », annonce la communication de la préfecture.

En l’absence d’arrêté préfectoral, pas de restrictions pour les productions agricoles

Si cela devait arriver, des mesures de restrictions s’abattraient sur les agriculteurs, comme c’est le cas dans les communes du Nord, de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne visées par des arrêtés préfectoraux. Ainsi, dans ces départements : « Les productions végétales non récoltées ne doivent pas l’être. Le lait collecté issu d’élevages dont les vaches étaient au pâturage depuis le 26 septembre ; les œufs des élevages de plein air pondus depuis le 26 septembre ; le miel collecté depuis le 26 septembre et les poissons d’élevage produits dans la zone concernée sont consignés sous la responsabilité de l’exploitant. » Si un tel arrêté devait être pris dans le Pas-de-Calais, les agriculteurs verraient leur activité lourdement affectée. En revanche, les préconisations ne touchent pas les habitants : « Pour ce qui concerne les particuliers (potagers, jardins familiaux, etc), il est recommandé de ne pas consommer tout produit souillé. S’agissant d’une pollution visible, les produits non souillés peuvent être normalement consommés, après avoir été soigneusement lavés comme à l’ordinaire. » Rien n’est précisé en revanche pour les propriétaires de poules. Pas de panique : tant qu’aucun arrêté préfectoral n’est pris, vous pouvez continuer de consommer, comme si de rien n’était.

Pour signaler la présence d’éventuelles retombées de suies, contactez la cellule d’information du public : 03.21.21.24.97.

Les préconisations de l’Agence Régionale de Santé.

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee