Le centre de vaccination de Gauchin-Verloingt érigé en modèle par la ministre Brigitte Bourguignon


Publicités

Après ce nouveau week-end de vaccination, la maison de santé de Gauchin-Verloingt aura atteint les douze mille doses de vaccin administrées contre la Covid-19 . Depuis le début de la campagne de vaccination, la MSP Léonard-de-Vinci s’est organisée et a renforcé ses moyens humains pour fluidifier le flux de patients quasi ininterrompu depuis plusieurs semaines. Un modèle que la ministre de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, en tournée dans le département, a tenu à saluer : « Le travail qui est réalisé ici est particulièrement remarquable, avec une vaccination très régulière, une très bonne organisation, beaucoup de participants : il y a la Croix Rouge, des bénévoles, des services civiques, des soignants, des infirmières libérales, une bonne articulation avec le groupe hospitalier… Ça correspond au modèle qu’on souhaite un peu partout. Le département du Pas-de-Calais est très rural et nous avons maillé le territoire avec beaucoup de centres de vaccination qui ont permis d’aller au plus près de la population. »

« Il est plus facile de faire adhérer des gens à la vaccination quand elle se déroule à des endroits où ils peuvent facilement revenir. »

Dr Laurent Turi de la maison de santé pluridisciplinaire de Gauchin-Verloingt

Le docteur Laurent Turi confirme que la proximité est un élément essentiel pour la réussite de la campagne de vaccination : « 80 % des patients viennent directement à la maison de santé pour prendre rendez-vous, seuls 20 % passent par les plateformes en ligne. L’adhésion de la population à la vaccination est un indicateur de la confiance sanitaire. Ce n’est pas par hasard si on a de la demande d’AstraZeneca. Il est plus facile de faire adhérer des gens à la vaccination quand elle se déroule à des endroits où ils peuvent facilement revenir. » Avec quelque deux cent cinquante injections quotidiennes, la maison de santé Léonard-de-Vinci est devenue le théâtre d’un ballet incessant où les patients venus prendre rendez-vous croisent ceux qui ressortent vaccinés. Pour garantir un service tout au long de la semaine, l’équipe de la MSP a reçu le renfort de l’antenne locale de la Croix-Rouge pour l’accueil et la prise en charge administrative des patients. Des services civiques ont été recrutés pour la prise de rendez-vous et des médecins, infirmiers et paramédicaux du territoire se relaient dans la grande salle dédiée aux entretiens médicaux, à l’injection du vaccin et à la zone de surveillance, le tout dans une joyeuse ambiance.

«  Les doses sont là, les centres de vaccination tournent et nous sommes très attentifs à ce qu’il n’y ait pas de retard. »

Brigitte Bourguignon, ministre déléguée à l’Autonomie

La campagne de vaccination à la MSP Léonard-de-Vinci est une réussite, même si d’autres centres de vaccination n’ont pas été aussi heureux, souvent à cause de problèmes d’approvisionnement : « Plutôt que de cultiver la désespérance, je veux porter une note d’optimisme pour dire que ça vaccine très bien en ce moment dans le département et c’est grâce à tous les acteurs que vous avez ici, insiste la ministre déléguée à l’Autonomie. Le département avait démarré avec un décalage, mais nous sommes aujourd’hui au-dessus de la moyenne nationale. Je ne suis pas en train de vous dire qu’on peut arrêter là, au contraire. On a eu trois week-ends “coup de poing” qui ont fait basculer les chiffres. Comme dans toutes les régions, parfois des aléas empêchent un centre de vaccination d’ouvrir à un moment donné, mais il pourra vacciner quinze jours après. C’est une énorme logistique qui se met en place en France, mais aussi dans le monde entier, pour vacciner un maximum de personnes. Ça n’est jamais arrivé. Il faut saluer ce qui est positif, les gens qui font un boulot remarquable.  On trouvera toujours la faille, l’endroit où ça ne va pas. Il vaut mieux noter la très nette montée en charge du mois d’avril que de relever les éventuels retards. Je suis très attentive, ainsi que Monsieur le Préfet, à ce que l’approvisionnement soit suffisant, nous avons des contacts constants avec les élus du territoire. » Derrière la ministre, Marc Bridoux a entendu le message : le président de TernoisCom est l’un des cent vingt-six élus du Pas-de-Calais qui ont adressé une lettre au Président de la République pour demander plus de moyens pour la campagne de vaccination. En réponse, la ministre déléguée a martelé que leur inquiétude est infondée : «  Les doses sont là, les centres de vaccination tournent et nous sommes très attentifs à ce qu’il n’y ait pas de retard. »


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *