Le décès d’une collégienne de Frévent brise le silence autour du harcèlement scolaire

« Frévent, c’est une petite ville, tout le monde se connaît. Quand on nous a dit le prénom de la petite, on a su tout de suite de qui il s’agissait. » Aux abords du collège Pierre-Cuallaci, des parents d’élèves évoquent la disparition tragique de la jeune Chanel : âgée de douze ans et scolarisée en cinquième, elle a été retrouvée morte jeudi dernier à son domicile. Pour ses proches, la collégienne se serait suicidée à cause du harcèlement scolaire. « C’est un drame inqualifiable, il n’y a pas de mot assez fort. La famille parle de harcèlement scolaire, mais c’est à l’enquête de gendarmerie de déterminer les causes exactes », souligne le maire de Frévent. Jean-François Théret évoquera néanmoins le sujet lors des obsèques de la collégienne : « Je suis en colère après les réseaux sociaux. Le harcèlement a toujours existé, mais les dégâts sont encore pires lorsqu’on ne dit pas les choses en face. Les réseaux véhiculent des mensonges et des horreurs. »

«  Ils utilisent beaucoup Snapchat, avec des messages qui sont rapidement effacés, ou des groupes avec des messages vocaux. Les enfants sont très méchants entre eux, j’ai déjà entendu des choses terribles. »

Si les raisons qui auraient poussé Chanel à commettre l’irréparable restent à éclaircir par l’enquête de gendarmerie, des proches confirment qu’elle a déjà fait l’objet de brimades : « Ça n’a pas commencé cette année : c’était déjà le cas en primaire, quand elle a pris du poids », raconte une mère de famille qui connaissait bien la victime. Elle en a d’ailleurs parlé à son fils : « Il m’a dit qu’il n’avait vu personne lui faire de mal, que ça devait plutôt se passer sur les réseaux. Ils utilisent beaucoup Snapchat, avec des messages qui sont rapidement effacés, ou des groupes avec des messages vocaux. Les enfants sont très méchants entre eux, j’ai déjà entendu des choses terribles : “T’es trop grosse, tu te goinfres, tu ne mérites pas d’être là…” J’en étais malade. Le problème, c’est que les enfants réservés n’osent pas parler. Chanel était comme ça : elle était intégrée, elle avait des copines, mais elle était réservée. » « On voit des gamins de neuf ou dix ans avec leur portable, livrés à eux-mêmes. Il ne faut pas être trop petit, trop grand, trop gros, il faut avoir telles baskets et ou tel sac », constate une autre maman, affectée par le drame : « Ici, l’école maternelle, l’école primaire et le collège sont au même endroit. Tout le monde est scandalisé. Chacun fait le rapprochement avec son propre enfant. » Vendredi, au lendemain du drame, nombre de collégiens n’ont pas pu rester dans l’établissement : « Ils pleuraient tellement que beaucoup sont repartis. »

Le Groupement des parents d’élèves a mis une urne a disposition pour que les élèves puissent extérioriser leur tristesse.

« On ne devrait pas arriver à une telle tragédie pour se rendre compte qu’il y a un problème. Il faut tout de suite réagir quand on voit un changement de comportement chez un enfant. »

Marie-Charlotte Baisez, présidente du Groupement des parents d’élèves

Une cellule psychologique a été mise en place au collège. Lundi matin, les élèves ont pu déposer des fleurs devant l’établissement pour rendre hommage à Chanel. Le groupement des parents d’élèves a également fabriqué une urne : « Les enfants peuvent y déposer des dessins, des petits mots pour se recueillir et extérioriser leur tristesse. C’est un drame qui a touché tout le monde à Frévent, au-delà des grilles du collège », souligne Marie-Charlotte Baisez. La présidente du GPE souligne également qu’il faut attendre les conclusions de la gendarmerie mais confirme que le harcèlement scolaire est une réalité : « Nous avons des cas chaque année. Les réseaux sociaux sont une horreur pour ça. On ne cesse de répéter aux parents et aux enfants qu’il faut en parler. Pourtant, la gendarmerie intervient tous les ans, les professeurs font de la prévention, mais il va falloir qu’on remette ce sujet sur la table. On ne devrait pas arriver à une telle tragédie pour se rendre compte qu’il y a un problème. Il faut tout de suite réagir quand on voit un changement de comportement chez un enfant. » Les obsèques de Chanel se tiendront mardi après-midi et un rassemblement est prévu devant le collège mercredi à 10h pour rendre hommage à la collégienne et dénoncer le harcèlement scolaire.


Non au harcèlement : élèves, parents, professionnels, appelez le 3020
https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/


Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *