En quelques jours, la petite chapelle de Gauchin-Verloingt a retrouvé son éclat

En ces derniers jours d’août ensoleillés, les travaux de la petite chapelle de Gauchin-Verloingt, « Notre-Dame-Miraculeuse, » s’achèvent. La rénovation est à l’initiative de la famille Vion qui a reçu l’appui de la paroisse, propriétaire de l’édifice. Envisagés depuis plusieurs années, les travaux de maçonnerie ont duré une douzaine de jours et ont été réalisés par David Meurdesoif : « Je le fais pour les gens, ça leur fait plaisir et à moi aussi. J’aime le patrimoine. » L’artisan a tout réalisé à la main, avec une méthode classique, à l’ancienne : « Il n’y a plus beaucoup de maçons qui travaillent ainsi », selon le cimentier. Il a d’abord creusé tout le tour de la petite chapelle pour étudier l’humidité de la bâtisse, puis retirer la couche de ciment qui étouffait les murs, avant de réaliser les finitions à l’enduit en crépi pour permettre au mur de respirer. Une cimentation hydrofugée est venue enfin protéger les couches du sous-bassement. Une deuxième tranche de travaux est prévue pour restaurer l’intérieur de la chapelle, mais le maçon a pris l’initiative de renforcer d’ores et déjà certaines parties plus fragiles.

Une fenêtre découverte dans le mur sud de l’édifice

« Le plus long, c’est la préparation : il faut casser, remaçonner, creuser… Pendant quatre ou cinq jours, tu as l’impression que le chantier n’avance pas », remarque-t-il. Les nombreux promeneurs ont pourtant vu la transformation au fil des jours. Ils ont découvert, tout comme l’artisan, que la chapelle, datant de 1861, disposait à l’origine d’une fenêtre dans le mur sud, disparue sous le ciment et inconnue même des plus familiers du lieu. Il a été décidé de conserver et d’aménager cette ouverture pour apporter plus de lumière à l’intérieur. Propriété de la paroisse, la chapelle avait connu de petites rénovations en 1995, mais cette fois, c’est une restauration totale qui a été opérée, avec pour terminer, l’intervention de l’entreprise Aupaix qui a refait tout la toiture en deux jours. « C’est un lieu important pour les habitants », souligne l’abbé Neveu, ravi du résultat, tout comme les Gauchinois et promeneurs qui redécouvrent ce charmant petit édifice sous un nouveau jour.

Revenir en haut de page