Deux jours à fond la caisse avec le rallye du Ternois

« L’année dernière, nous avons eu beaucoup de casse à cause de la chaleur », rappelle Marc Ricart en présentant la treizième édition du rallye du Ternois. L’adjoint aux sports ne s’imaginait pas que la canicule allait s’abattre sur le pays : samedi, le mercure devrait dépasser les trente degrés. Plus que chauffer, l’asphalte va fondre sous les pneus des quelque cent vingt concurrents : « Depuis que le rallye est au niveau national, c’est notre record de participants. Nous avons la chance d’avoir un beau plateau, avec notamment Eddie Lemaître, leader du championnat de France des rallyes de deuxième division. Nous aurons aussi une grande diversité de voitures, avec une dizaine de type R5 et une quinzaine de véhicules historiques », annonce avec satisfaction Jean-Marc Roger, grand ordonnateur de l’événement. Principale nouveauté de cette édition : le retour à l’ancienne formule avec le départ vendredi soir, et le podium vingt-heures plus tard. « Nous avons constaté que le dimanche n’était pas favorable à la venue du public et que les spectateurs sont plus susceptibles d’assister aux courses et au podium le samedi. De plus, nous sommes tous bénévoles et beaucoup d’entre nous travaillent le lundi matin. Ainsi, on peut profiter de la journée de dimanche pour tout ranger », explique Jean-Marc Roger, qui a travaillé de concert avec la municipalité pour préparer l’événement. « C’est un temps fort de la vie de Saint-Pol qui mobilise de l’espace, du temps, et surtout de nombreux bénévoles sans qui rien ne serait possible. Nous ne faisons qu’apporter un support logistique aux organisateurs », souligne Maurice Louf.

Une spéciale au circuit de Croix et trois autres dans les villages

La principale préoccupation du maire de Saint-Pol porte sur la sécurité : « C’est la priorité absolue si on veut que les pilotes et les passionnés de sport automobile puissent s’épanouir ce week-end. » « Les spectateurs doivent absolument rester dans les zones vertes prévues pour eux. Partout ailleurs sur les spéciales, toute présence est interdite », insiste Jean-Marc Roger. Le rallye du Ternois a la chance de pouvoir profiter de la piste du circuit de Croix qui accueillera la première spéciale vendredi soir, à 19h26 : un site conçu pour que les spectateurs puissent profiter de la course et dont l’accès est gratuit et ouvert à tous. Ensuite, les bolides s’affronteront sur trois autres spéciales : Beauvois-Linzeux et Brias-La Thieuloye vendredi et samedi, ainsi qu’Haravesnes-Galametz le samedi, chacune à réaliser trois fois au cours du week-end, le plus vite possible évidemment. En revanche, sur le reste du parcours, la conduite devra être exemplaire, comme le rappelle Jean-Marc Roger : « Les pilotes doivent respecter le code de la route et les limitations de vitesse pour se rendre aux différentes spéciales où, là, ils pourront se lâcher. » A propos de se lâcher, ça pollue comment, un rallye ? L’organisateur n’élude pas la question : « On a fait le bilan carbone du rallye du Touquet. Globalement, un rallye pollue moins que la caravane du Tour de France ou qu’un grand match de football. » Alors, roulez jeunesse ! Et comme dirait Jean-Claude Van Damme : fous le contact !

Revenir en haut de page