Concerts, copains et coquelicots à l’affiche des 16e Transes de Marie-Grauette


Publicités

« Les coquelicots sont de petites fleurs éphémères qu’il faut aimer vite, comme la vie, comme les Transes de Marie-Grauette », lance Benoît Bloquet. Le vice-président des Transes de Marie-Grauette se laisse porter par son lyrisme pour la présentation de l’affiche fleurie de la seizième édition du festival. Cette année, les Transes s’étaleront sur trois jours avec une dizaine de groupes et DJ, du théâtre, des animations pour les enfants et une nouveauté : « Le dimanche, nous organiserons un marché artisanal avec des producteurs et des artistes locaux autour de la place Marie-Grauette, annonce Benoît Bloquet. Ce sera aussi l’occasion de mettre en valeur Chez Tartous & Cie qui est le siège de l’association. Depuis la première édition, le festival s’est nourri de ce petit café résistant de Monchy-Breton. Beaucoup de choses vont se greffer autour de ce lieu de lien social. » La tenancière du bistrot et présidente de l’association ne peut qu’approuver : « Nous avons envie de faire vivre le territoire, de rassembler toutes les générations. Les Transes sont un festival à taille humaine, les retrouvailles de la rentrée. Les gens savent qu’il y aura une belle affiche, de l’humain et des sourires. Ils rentrent dans la salle comme dans un chaudron et tout cela bouillonne », sourit Fabienne Boëte qui constate avec plaisir que des petits festivaliers qui venaient avec leurs parents lors des premières éditions reviennent aujourd’hui avec leurs copains.

« Défendre la culture sur un territoire où ce n’est pas toujours simple d’y avoir accès »

« On veut avant tout toucher les habitants du Ternois, faire en sorte que le public du territoire se retrouve avec une programmation éclectique et intergénérationnelle, rappelle Benoît Bloquet. On veut défendre la culture sur un territoire où ce n’est pas toujours simple d’y avoir accès, montrer aux politiques locaux que des choses sont possibles. Plusieurs associations sont solidaires du festival, c’est peu commun d’avoir une telle union sur un territoire. C’est un peu comme les graines des coquelicots qui fleurissent un peu partout. » L’association des Transes de Marie-Grauette peut ainsi compter sur ses partenaires historiques que sont le Car Podium, ATRE et Cirqu’en Cavale, ainsi que sur le groupe hospitalier Artois-Ternois avec les foyers La Pannerie et Les Châtaigniers de Frévent, dont des résidents participent depuis plusieurs années à la création de mobilier pour l’événement. La commune de Monchy-Breton et la région soutiennent également financièrement l’événement qui est intégralement organisé et tenu par des bénévoles : une cinquantaine chaque année, pour accueillir près de huit cents personnes sur trois jours, sans oublier des dizaines d’artistes en tout genre.

« Face à l’urgence écologique, nous avons choisi de mettre des coquelicots sur notre affiche »

D’ailleurs, la plupart des musiciens sont déjà passés sur la scène du bistrot ou celle du festival : « Certains reviennent avec leurs nouveaux projets. Ce sont des artistes qui partagent nos valeurs et c’est toujours un plaisir de les retrouver, souligne Benoît Bloquet. Cette année, nous voulons insister sur l’urgence des questions environnementales et nous allons nous efforcer de réduire au maximum nos déchets. Le marché du dimanche s’inscrit dans cette même démarche, tout comme la restauration qui sera assurée par des foodtrucks locaux. Face à l’urgence écologique, nous avons choisi de mettre des coquelicots sur notre affiche, en écho au mouvement national contre les pesticides. » Un message entendu également par Georges Ricard qui accueillait, dans son établissement de Maizières, les bénévoles invités à découvrir le programme des Transes 2019 : pour conclure la présentation, le caviste a invité les participants à découvrir des vins respectueux de l’environnement. Comme quoi, on peut sauver le monde en joignant l’utile à l’agréable.

Revenir en haut de page