Coupe de France : l’US Boubers écrit une nouvelle page de son histoire, en vert et contre tout


Publicités


« On est rarement aussi nombreux à l’entraînement, mais là, les joueurs sont hyper motivés. Ils ont tous envie de jouer samedi. Ils ont dans les yeux une petite étincelle, un rêve de qualification. Moi, je suis un peu plus pessimiste, Vimy va nous mettre le feu. » Le coach Guillaume Laniez est lucide : il faudra un miracle pour que les Verts de Boubers, pensionnaires de D5, réussissent à battre l’US Vimy qui évolue huit divisions au-dessus, en Nationale 3. Pour ce dernier entraînement avant le choc de samedi, l’entraîneur prépare ses joueurs du mieux qu’il peut : « J’ai beaucoup axé la séance sur le travail physique, parce que samedi, on va courir. En plus, le terrain de Léo-Lagrange est très grand, très large, il va y avoir des espaces. On ne va pas jouer comme d’habitude, on ne va pas se découvrir, mais fermer la boutique et essayer de tenir le plus longtemps possible. On ne va pas non plus jouer trop bas, dans nos dix-huit mètres. L’objectif est de retarder l’échéance, peut-être qu’on réussira à les faire douter. La motivation sera de notre côté, il va en falloir, ainsi que de la chance, pour espérer quelque chose. »

« Jouer au foot, c’est avant tout du plaisir ! Et puis, avec la magie de la coupe, on ne sait jamais ! »

Corentin Lecoustre, US Boubers-Conchy

Bétonner la défense semble être la seule stratégie valable pour l’US Boubers, non seulement vu le niveau de l’adversaire, mais aussi – voire surtout – parce que les Boubersois ne pourront pas compter sur leur attaque habituelle. Leur n°9, Florian Widehem, s’est blessé la veille du troisième tour, Antoine Quesnel n’est pas encore rétabli, et Corentin Lecoustre s’est fait les croisés au tour précédent, lors du match contre Formerie, après avoir ouvert le score. Néanmoins, le buteur fétiche de l’USBC (seize buts sur la demi-saison dernière) a pris ses béquilles pour assister à l’entraînement de ses coéquipiers : « Ils n’auront peut-être pas l’occasion de revivre ça. Je leur souhaite bonne chance et surtout de prendre du plaisir. Jouer au foot, c’est avant tout du plaisir ! Et puis, avec la magie de la coupe, on ne sait jamais ! »

« J’ai demandé une chose aux joueurs en début de saison : passer le premier tour pour vaincre la malédiction. Atteindre le quatrième tour, c’est historique. »

Guillaume Laniez, entraîneur de l’US Boubers-Conchy

Au fond, personne ne croit vraiment à la qualification, mais tous ont conscience qu’atteindre ce quatrième tour de coupe de France est déjà un exploit : « Je suis au club depuis sa création, en 1976, et je n’ai pas souvenir qu’on ait déjà passé un tour de coupe de France », affirme le coach. « On a dû passer le premier tour une ou deux fois quand même », corrige le président, Alex Dubuisson. En tout cas, rien de mémorable : « J’ai demandé une chose aux joueurs en début de saison : passer le premier tour pour vaincre la malédiction. Atteindre le quatrième tour, c’est historique. C’est un cadeau, de tomber contre une N3. Les joueurs n’auront plus jamais l’occasion de jouer contre une telle équipe. » Alors que l’équipe de l’USBC est très jeune, avec beaucoup de joueurs qui évoluaient en U18 la saison passée, l’US Vimy aligne régulièrement des joueurs de grande expérience, dont d’anciens pros comme Jean-François Christophe, passé par la Premier League, ou l’international gabonais Merlin Tandjigora. Loin du très haut niveau, les joueurs de Boubers s’entraînent contre la palissade qui borde le terrain, sous les injonctions du coach : « Dimanche… euh… samedi, on n’aura pas le droit au moindre déchet ! » « Mon ballon est passé au-dessus du mur ! », s’amuse Vianney Baisez – preuve que rien n’est infranchissable. Il fera sans doute moins le malin samedi sur le terrain, mais comme il l’écrivait sur les réseaux au soir du tirage au sort : « Vimy ou pas, […] impossible n’est pas Boubersois ! »


Quatrième tour de coupe de France : US Boubers-Conchy – US Vimy
Samedi 3 octobre, au stade Léo-Lagrange de Saint-Pol. Coup d’envoi à 16h.
Entrée : 3€ pour les adultes.

Suivez le match en direct sur la Télé du Gobelin !

burst

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page