Toy Story 4 : grandir, pour quoi faire ?


Publicités


GGGGGG : success story

Deux Golden Globes, un BAFTA, deux Oscars : que de reconnaissance pour la saga Toy Story qui, depuis vingt-cinq ans, ne cesse de nous émouvoir et de nous faire rire ! Au-delà de la révolution technique de l’époque (Toy Story était le premier film entièrement réalisé en images de synthèse), le premier volet sorti en 1995 inaugurait un univers rempli d’humanité qui a accompagné bon nombre d’enfants jusqu’à l’âge adulte, cela sans jamais perdre en qualité au fil des épisodes. Une nouvelle fois, Woody (Jean-Philippe Puymartin), Buzz (Richard Darbois) et la bande de jouets de Bonnie (à qui Andy a légué ses compagnons de toujours à la fin du troisième volet) vont être confrontés à l’arrivée d’un nouveau jouet : Fourchette (Pierre Niney). Créé par Bonnie à partir d’une fourchette-cuillère, il n’a de cesse de se dévaloriser et de se voir comme un déchet. Woody, éternel optimiste et meneur de la bande, va prendre la responsabilité de guider Fourchette dans l’acceptation de sa condition de jouet pour qu’il puisse rendre heureux Bonnie.

Même si le scénario peut sentir un peu le réchauffé, Toy Story 4 s’inscrit dans la digne lignée de ses prédécesseurs et ne se contente pas de surfer sur notre plaisir de retrouver la bande. Il réussit bel et bien à orienter la saga vers de nouveaux horizons. Ce quatrième volet s’articule comme une métaphore de la vie, les jouets s’apparentant à des figures parentales qui vont avoir la lourde tâche de guider les plus jeunes vers leur vie d’adulte et leurs propres expériences. Mettant en avant des valeurs de respect, de loyauté ou encore de responsabilité envers les générations futures, Toy Story 4 tape encore une fois dans le mille et se réinvente. Tout en racontant une histoire originale, le film nous renvoie à nos souvenirs d’enfance et les références aux réalisations du studio fourmillent (même s’il faudra avoir l’œil pour n’en louper aucune), de Cars à Au-delà, en passant par les courts-métrages de Pixar. Véritable déclaration d’amour à ceux qui ont su garder leur âme d’enfant et qui ont grandi devant les créations du studio Pixar, Toy Story 4 assoie définitivement la saga comme culte et touchera chacun d’entre nous, en nous rappelant l’enfant qu’on était.

Prochaines séances au Régency.

Revenir en haut de page