Pluie Noire : l’Oncle Sam des gouttes


Publicités


GGGGGG : bombastic

Après la seconde guerre mondiale, période de censure et de mainmise de l’état japonais sur le cinéma, une partie de l’industrie commence à produire des œuvres ouvertement critiques et ancrées dans les problématiques sociales du pays. Cette nouvelle vague japonaise (Nuberu Bagu) fait apparaître des réalisateurs qui s’émancipent du cinéma nippon traditionnel. Les thématiques abordées s’éloignent des standards de l’époque et des réalisateurs tels que Shohei Imamura émergent. Avec La femme insecte ou encore Cochons et cuirassés, le réalisateur devient une figure emblématique du mouvement (bien que moins connu qu’Akira Kurosawa ou Yasujiro Ozu) et questionne, à travers son œuvre, la société japonaise, la guerre et les hommes.
S’inscrivant pleinement dans ces thématiques, Pluie Noire, adapté du roman de Masuji Ibuse, nous plonge dans le quotidien d’une famille “malade de l’atome”, rescapée de la catastrophe atomique d’Hiroshima. Ostracisée et considérée comme paria (Hibakusha), la famille Shizuma tente de reprendre une vie normale, dans un Japon traumatisé, qui découvre au fil des années les conséquences des radiations sur la population.
Centré sur la réalité historique de la mise sous quarantaine des irradiés, Pluie Noire est un film qui bouleverse autant qu’il impressionne. La plénitude de la vie des campagnes japonaises côtoie la violence des souvenirs de guerre qui ont marqué les esprits et les corps. 
Sans jamais sombrer dans le mélodrame ou dans la critique facile, Imamura distille son propos en filigrane avec un sens aigu de la symbolique. Rien n’est laissé au hasard et la force de l’image vient renforcer un récit profondément humain et antimilitariste. 
Le réalisateur nous plonge avec une certaine poésie dans une période emplie de doutes, où personne ne sait de quoi demain sera fait. Pluie Noire est un film qui prend aux tripes, questionne et interpelle. Une grande réussite qui permettra aux néophytes de rentrer dans l’univers d’un réalisateur singulier qui a marqué l’histoire du cinéma japonais.

Prochaines séances au Régency

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page