Les Hommes du feu : une femme aux foyers


Publicités

GGGGG : dans le feu de l’action.

Marqué par un fait divers de 2012 où un adolescent avait incendié quatre cents hectares dans les Bouches-du-Rhône et témoin d’un incendie dans un Club Med’, Pierre Jolivet imagine Les Hommes du feu. Il présente la vie d’une caserne de pompiers dirigée par Philippe (Roschdy Zem) qui voit l’arrivée de Bénédicte (Emilie Dequenne) en nouvel adjudant-chef. Le film démarre sur les chapeaux de roues, plongeant le spectateur dans le quotidien de la caserne et l’esprit de corps qui peut y régner. Les interventions se succèdent, ce qui donne un effet un peu brouillon à l’ensemble, ne permettant pas au spectateur de s’attacher aux personnages. L’intrigue principale est noyée dans les nombreuses situations vécues par les protagonistes.

Le réalisateur aborde divers thèmes comme la difficulté de gérer vie privée et vie professionnelle pour un pompier et celle d’être une femme dans ce milieu d’hommes. La question du sexisme n’est évoquée que par quelques répliques d’un pompier un peu bourru. Le film réussit à retranscrire le quotidien compliqué d’un pompier volontaire, en mettant en lumière la nécessité d’être disponible à chaque instant et les répercussions sur la vie familiale. Sur la forme, Les Hommes du feu peut rappeler des films tel que Polisse dans son traitement visuel. Le spectateur passera un bon moment, mais pourra regretter que le film se contente d’évoquer divers sujets sans les approfondir.

Prochaines séances au Régency.

#cinéma #LeRégency #LesHommesduFeu #pompiers

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *