Les gardiennes : le chemin des dames


Publicités


GGGGG : un silence assourdissant

Les Gardiennes nous plonge en 1915, dans le quotidien de la ferme du Paridier. Alors que les hommes sont partis à la guerre, ne revenant que lors de brèves permissions, les femmes ont pris le relai dans les travaux agricoles. C’est alors qu’Hortense (Nathalie Baye) décide d’engager Francine (Iris Bry), jeune fille de l’assistance publique, pour l’aider.

Pour adapter le roman d’Ernest Pérochon, Xavier Beauvois donne sa chance à deux nouveaux venus dans le monde du cinéma : Iris Bry, qui s’est vu proposer le rôle de Francine après avoir croisé la directrice de casting à la sortie d’une librairie, et Gilbert Bonneau (Henri), inscrit pour passer le casting par une de ses voisines.

Comme à son habitude, Xavier Beauvois livre un film aux images magnifiques. La réalisation prend son temps et assume pleinement son côté contemplatif. La manière de filmer les paysages comme des personnages à part entière accentue le sentiment d’attente et d’anxiété. Avec très peu de dialogues, les protagonistes réussissent à donner un côté très réaliste à l’ensemble.

Le film porte un message féministe et dépeint deux mondes qui s’opposent et se complètent. D’un côté, Nathalie Baye incarnant la matriarche attachée aux traditions, protectrice envers sa famille, et de l’autre, Iris Bry, symbolisant les prémices de l’émancipation de la femme.

Le film n’évite pas quelques longueurs. L’importance accordée aux paysages et les dialogues sporadiques, qui font pourtant la force de l’œuvre, viennent plomber certaines scènes, déséquilibrant l’ensemble. Le ressenti des hommes face à la guerre est caricatural et on aurait préféré plus de profondeur.

Malgré ces quelques maladresses, l’ensemble réussit à donner une vision plutôt réaliste de la Grande Guerre vécut à l’arrière par les femmes. Loin des archétypes du genre, Xavier Beauvois nous fait suivre ces femmes fortes, qui n’ont jamais baissé les bras.

Prochaines séances au Régency.

#LecinédeGG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page