Le Roi Lion : bats-moi un Timon, deux Timon, trois Timon, Pumba !


Publicités

GGGGGG : Un miaulement

Les années 90 marquent un apogée pour les studios Disney, qui enchaînent alors les succès avec La Belle et la Bête, Aladdin et sa suite, L’étrange Noël de Monsieur Jack… Mais en 1994, Disney nous offre Le Roi Lion, classique des classiques, qui ancrera dans tous les esprits la fameuse « histoire de la vie ». Malgré les accusations de plagiat, le dessin-animé étant largement inspiré (pour ne pas dire copié) du dessin animé japonais Le Roi Leo, Le Roi Lion devient un film à part, sorte de chef-d’œuvre made in Disney.

Presque vingt-cinq ans plus tard, toujours dans l’idée d’actualiser ses classiques, Disney confie la lourde tâche du remake à John Favreau (déjà derrière la caméra pour le remake du Livre de la Jungle, en 2016). Cette version 2019 nous propose de redécouvrir le voyage initiatique de Simba (Rayane Bensetti) qui s’exile après la mort de son père Mufasa (Jean Reno).

Ce qui frappe dès les premières minutes du film est évidemment la prouesse technique : les animaux sont plus vrais que nature et le spectacle est somptueux. Seulement voilà, l’intérêt ne va pas plus loin. Pire, il dénature presque l’œuvre originale. La volonté affichée de coller au plus près de la réalité s’avère au mieux contre-productive, au pire catastrophique. Les expressions faciales s’avèrent tellement figées qu’on peine à ressentir la moindre émotion et l’aspect shakespearien de l’intrigue tombe complètement à plat (d’autant plus que sur ce point, un certains Andy Serkis a récemment placé la barre très haut avec son Mowgli). Côté scénario, rien de bien nouveau, puisque Disney, expliquant ne pas vouloir brusquer les fans de la première heure, a imposé au réalisateur un cahier des charges drastique, qui ne permettait que peu de liberté. Bref, au-delà de la prouesse technique, ce nouveau remake des studios Disney s’inscrit dans la digne lignée de ses prédécesseurs : un film sans âme, qui n’apporte rien, si ce n’est une tentative d’hommage bancale.

Prochaines séances au Régency