Le mystère de la chambre jaune : coups de théâtre dans l’enquête de Rouletabille


Publicités

GGGGG : Je dirai même plus !

Fasciné par les livres et personnages imaginés par Gaston Leroux, Bruno Podalydès adapte en 2003 un classique du roman policier : Le mystère de la chambre jaune. Le film nous propose de suivre le reporter Joseph Rouletabille (Denis Podalydès) et son photographe Sainclair (Jean-Noël Brouté), qui tentent de percer le mystère de la tentative d’assassinat de Mathilde Stangerson (Sabine Azéma). Contrairement au livre, les personnages évoluent ici dans un seul lieu pour mener l’enquête : le château du Glandier, la demeure familiale. Le réalisateur installe un huis-clos comique avec de nombreux protagonistes et les acteurs qui n’hésitent pas à surjouer donnent un côté théâtral à l’ensemble. Le film fait la part belle aux personnages : leurs émotions et défauts sont exacerbés, dans un esprit de bande dessinée magnifiquement rendu. Les situations qui se succèdent tout au long du film sont cocasses et portées par des dialogues devant lesquels on ne peut s’empêcher de sourire.

Le réalisateur glisse de nombreux clins d’œil dans son œuvre. D’abord à l’univers de Tintin avec le professeur Stangerson en alter ego du professeur Tournesol, les gendarmes rappelant les Dupondt et Rouletabille renvoyant à Tintin. Clin d’œil au cinéma d’Alfred Hitchcok, avec une mise en scène qui laisse planer le doute sur la culpabilité de chacun des personnages, jusqu’au dénouement final. Enfin, clin d’œil à l’œuvre de Gaston Leroux avec des références au Parfum de la dame en noir et au Fantôme de l’opéra.

Le Mystère de la chambre jaune est un hommage à Gaston Leroux et à son influence sur les œuvres contemporaines, au Vaudeville d’époque avec des situations burlesques et une intrigue si complexe qu’elle prête à sourire. Une joyeuse révérence au polar en général, rappelant dans sa manière de mener l’intrigue quelques grands noms tel qu’Alfred Hitchcok ou les frères Cohen. Le film est léger, drôle et le spectateur, s’il n’est pas rebuté par la théâtralité de l’ensemble, plongera allègrement jusqu’au bout de l’intrigue.

Prochaines séances au Régency.

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee