La promesse de l’aube : le roman d’une vie


Publicités

GGGGG : promesse tenue.

« Toute mon œuvre est une déclaration d’amour à la féminité. Ma mère avait un seul trait de caractère, c’était moi » expliquait Romain Gary lors d’une interview. Logiquement, Eric Barbier a choisi de centrer son adaptation du roman La promesse de l’aube sur la relation entre Gary et sa mère. Le film évoque vingt années de la vie de Romain Gary (Pierre Niney), de son enfance à l’âge adulte. Il retrace les nombreuses aventures qu’il a traversées, toujours poussé par sa mère Nina (Charlotte Gainsbourg).

Eric Barbier livre un film relativement classique mais efficace dans sa réalisation. La temporalité est traitée intelligemment : le film débute sur un Romain Gary adulte qui, à travers sa femme découvrant le roman La promesse de l’aube, va raconter les étapes qui ont jalonné sa vie. Mettant en scène une mère autoritaire, envahissante, qui ne cessera jamais de pousser son fils pour qu’il devienne quelqu’un, le film sacralise la relation entre le romancier et sa mère.

Les acteurs sont parfaits, avec une Charlotte Gainsbourg grandiose, crevant l’écran à chaque apparition. Les maquillages sont superbes et contribuent à l’immersion dans le récit.

Le film réussit parfaitement à saisir le contexte historique de chaque époque. L’antisémitisme qui se répand lors de l’enfance de Gary, la légèreté lorsqu’il arrive en France, pays symbolisant la liberté, et le climat pesant empreint de sacrifice lorsqu’il part à la guerre.

Avec un film très académique, Eric Barbier réussit à rendre hommage à la vie extraordinaire de Romain Gary. Sans sombrer dans la dramatisation à l’excès, La promesse de l’aube est un film classique retraçant la vie d’un homme hors norme.

Retrouvez notre reportage lors de l’avant-premier avec Eric Barbier.

Prochaines séances au Régency.

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee