La belle époque : le temps passe, le souvenir reste


Publicités

GGGGGG : imparfait

Pour son deuxième film en tant que réalisateur, Nicolas Bedos revient avec La belle époque, une comédie romantique comme le cinéma français sait les faire, avec néanmoins un petit truc en plus.

Après de longues années de mariage, Victor (Daniel Auteuil) et Marianne (Fanny Ardant) ne se comprennent plus et, agacée par la situation, Marianne décide de mettre son mari à la porte. Ce dernier fait alors appel à Antoine (Guillaume Canet) qui propose de replonger ses clients dans l’époque de leur choix, grâce à une troupe de comédiens. Victor lui demande de revivre le jour de sa rencontre avec Marianne.

Sur une idée plutôt classique du couple qui se déchire et navigue entre incompréhension et nostalgie, La belle époque choisit un traitement plus moderne. Tel un équilibriste, Nicolas Bedos oscille entre la comédie romantique française classique et sa volonté de s’en détacher. Mais même s’il se montre parfois maladroit et ne parvient malheureusement pas à aller au bout de sa démarche, La belle époque insuffle une dynamique nouvelle à ce genre récurrent dans nos contrées. Le film réussit à proposer quelques moments très drôles, plombés par d’autres trop classiques qui nous empêchent de plonger totalement dans son univers. Ainsi, La belle époque repart trop souvent dans les travers de la comédie à la française, qui peuvent lui donner un côté pompeux par moment, tant il semble s’auto-congratuler. Heureusement, la prestation des acteurs, en particulier celle de Daniel Auteuil (qu’on avait plus vu aussi bon depuis longtemps), relève le niveau et permet au film de prendre de la hauteur. Nicolas Bedos nous offre un film honnête, plus personnel qu’il n’y paraît et qui revêt de grandes qualités. Même s’il assoit ici son statut indéniable de metteur en scène à suivre, il nous laisse avec une interrogation : sera-t-il le digne successeur d’Hazanavicius pour OSS 3 ?

Prochaines séances au Régency.

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee