Ant-man et la Guêpe : des fourmis dans les jambes


Publicités

GGGGGG : pas folle la guêpe

Oubliez les événements d’Avenger Infinity War. Le petit dernier des studios Marvel situe son action bien avant celle de ses amis vengeurs : ce Ant-Man et la Guêpe place son intrigue avant Black Panther, Thor Ragnarok et autre Spiderman Homecoming, et juste après Captain America : Civil War.

On retrouve ainsi Scott Lang (Paul Rudd) qui essaie tant bien que mal de concilier sa vie de super-héros et celle de père élevant seul sa fille. Comme si tout cela ne suffisait pas, Le Docteur Hank Pym (Michael Douglas) et sa fille Hope Van Dyne (Evangeline Lilly) le sollicite pour une mission urgente.

La chronologie un peu hasardeuse de ce second volet mise à part, Ant-Man et la Guêpe a le mérite d’introduire pour la première fois dans le M.C.U. (Marvel Cinematic Universe) une vraie super-héroïne qui n’a rien à envier à ses homologues masculins.

Malheureusement, c’est l’unique nouveauté du film où tout est misé sur les facéties de Paul Rudd, qui le sauve grâce à quelques blagues et moments cocasses plutôt bien sentis.

Avec une intrigue qui peine à se mettre en place et qui donne un côté brouillon à l’ensemble, ce second volet des aventures d’Ant Man ne convainc pas. Il tente avec maladresse de se construire comme un film de casse sans jamais y parvenir. Rapidement, l’ennui prédomine, même si les effets spéciaux et la fin sont plutôt réussis, mais on ne va pas chercher la petite bête.

Prochaines séances au Régency.

#LecinédeGG

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *