Veillée mortuaire pour les victimes de l’exploitation animale


Publicités


« Tous les animaux non-humains sont des individus à part entière qui ont droit à la vie. Nous voulons rendre hommage à tous ceux qui sont morts dans ces abattoirs. » Représentant de l’association 269Life Libération Animale dans le Pas-de-Calais, François Duterrier coordonne l’opération « Nuit Debout devant les abattoirs » qui se déroulera le 26 septembre. Soixante-cinq sites en France sont concernés ; dans le Ternois, ce sont les abattoirs Bigard qui ont été retenus. « Bigard est un lieu de rendez-vous, ce n’est pas une cible particulière, l’entreprise n’a pas fait l’objet de scandales. Il s’agit de s’attaquer aux abattoirs et à toute l’industrie de l’exploitation animale. » Les sites voisins d’Herta et d’Ingredia sont tout autant dans le collimateur des militants de la cause animale. « La production laitière nécessite de séparer la mère de son veau à la naissance afin de récupérer le lait. Et quand la vache n’est plus « productive », on l’envoie à l’abattoir », déplore le jeune militant qui estime qu’il faut rendre illégale la mise à mort de tous les animaux.

« Notre objectif n’est pas de bloquer le site. »

L’association 269Life s’est illustrée par des actions coup de poing, souvent illégales, mais souhaite cette fois une manifestation paisible : « Nous sommes non-violents mais pas pacifiques, car nous avons un ennemi clairement identifié : l’industrie de l’exploitation animale. Notre opération se déroulera dans le calme, de 18 heures à 5 heures du matin : nous partirons à l’ouverture de l’usine. Notre objectif n’est pas de bloquer le site, cette fois-ci. Il s’agit d’une veillée mortuaire, avec des bougies, une minute de silence chaque heure, des lectures de textes. Ce ne sera pas une manifestation avec des slogans, des guitares ou des mégaphones. Nous serons avant tout dans le recueillement et nous avons ordre de ne pas répondre aux éventuelles provocations. Ce doit être très solennel. » L’opération vise à interpeller l’opinion publique, mais surtout les politiques afin de faire évoluer la législation : « Nous voulons faire avancer la question du statut des animaux et remettre en cause la conception spéciste de la société qui établit une hiérarchie entre les espèces : nous considérons que tous les animaux sont égaux. » Evidemment, François Duterrier est végétarien et même carrément vegan : il refuse tout produit issu de l’exploitation animale, qu’il s’agisse de viande, de poisson, de lait mais aussi de cuir, de laine ou de soie. La question n’est donc pas de dénoncer les pratiques d’abattage mais le principe même de la mise à mort. « L’installation de caméras dans les abattoirs ne va pas empêcher la mort des individus. Nous considérons qu’il n’y a pas de viande éthique », martèle, péremptoire, le jeune militant.

« Nous avons des idées pour accompagner la transformation de cette industrie. »

L’exploitation animale permet de faire vivre plusieurs centaines de personnes sur les sites de Bigard, Herta et Ingredia, ainsi que des milliers d’éleveurs, mais le militant estime qu’une conversion de ces activités est possible : « Nous avons des idées pour accompagner la transformation de ce modèle. Une industrie peut être développée autour de la production de simili-carnés : steacks de soja, de céréales… Aux Etats-Unis, l’un des principaux groupes de l’industrie laitière a fait le choix de tout arrêter pour produire des laits végétaux. »

La cause animale et le végétarisme rassemblent de plus en plus de partisans et François Duterrier pourrait réunir jusqu’à une cinquantaine de personnes devant les établissements Bigard le 26 septembre. Une opération médiatique qui ne doit pas éclipser le combat au quotidien : « Malheureusement, mes parents aiment beaucoup les animaux. Ils ont un chien, une tortue et des poissons dans un aquarium installé sous la télévision. » Malgré les interventions régulières du jeune militant, aucun d’eux n’a recouvré sa liberté pour l’instant. Mais, comme pour les abattoirs, François Duterrier ne lâche pas la pression avec un objectif : améliorer la condition des animaux, humains ou non.

#Ternois #Bigard #269Life #Végétarien #Vegan #Exploitationanimale #UnPvDansLaMare #InfosLocales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page