Trois minutes pour convaincre le jury du concours d’éloquence du Rotary


Publicités


Pour convaincre le jury du concours d’éloquence du Rotary, les huit candidats du lycée Châtelet disposaient chacun de trois minutes pour disserter sur un sujet de leur choix. Certains ont tout misé sur leur argumentaire, d’autres se sont concentrés sur l’incarnation, les meilleurs ont su allier le fond et la forme. Les élèves étaient libres de traiter un thème qui leur tenait à cœur et les choix ont été variés, de la démocratie aux pets des vaches, en passant par l’art-thérapie ou le système scolaire finlandais. Les élèves se sont présentés tour à tour, plus ou moins à l’aise, pour défendre leur thèse avec leur style, leurs mots et leur conviction, tandis que les examinateurs mais aussi le public étaient invités à remplir leur grille d’évaluation.

JFK, Nietzsche ou le Marquis de Sade convoqués par les candidats

Plusieurs élèves avaient choisi d’évoquer la question de la différence et de la tolérance, des sujets qui touchent particulièrement les lycéens au tournant de l’adolescence. Parmi eux, Enzo qui a remporté le premier prix grâce à son témoignage sur les railleries dont il a souffert lorsqu’il était en surpoids et à son message positif sur la façon dont le sport, le badminton en particulier, a changé sa vie. Le deuxième prix est revenu au flamboyant Alexandre qui, tel un ténor du barreau, a déclamé un vibrant plaidoyer pour la démocratie, même si la verve avait un peu tendance à éclipser le propos, mais sa citation de JFK a achevé de convaincre le jury : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. » Plus menue et timide, Apolline a remporté le troisième prix du concours, mais le premier pour les références et citations. Pour sa démonstration sur les bienfaits de l’art-thérapie, elle a convoqué le Marquis de Sade, Platon, Nietzsche, Hegel et Schopenhauer, suscitant l’approbation admirative de son proviseur. Malheureusement, seuls deux de ces trois lauréats ont pu participer à la demi-finale et aucun lycéen de Châtelet n’a décroché une qualification pour la demi-finale qui se déroulera dans leur établissement ce samedi 30 mars. Après tout, cela fait aussi parti de l’apprentissage, comme l’a rappelé le président du jury, Benoît Demagny, à l’issue du concours : « Dans les grands succès de la vie, tous ceux qui ont réussi ont commencé par des échecs. »

La demi-finale régionale se déroulera ce samedi 30 mars, à 14h30, au lycée Châtelet. Entrée gratuite et ouverte à tous.

Revenir en haut de page