Trente années de travail reconnues par le public et les professionnels du cinéma


Publicités

Avec 38 873 entrées en 2017, le Régency bat son record pour la quatrième année consécutive, avec une nouvelle progression de 5 %. Pour le directeur Laurent Coët, plusieurs éléments expliquent ce nouveau record. Les choix de programmation tout d’abord qui permettent de proposer des films de moindre envergure comme Petit paysan mais également des blockbusters qui rassemblent de nombreux spectateurs. Ainsi, dans le top 3 du box office du Regency, Raide Dingue occupe le haut du podium, suivi par Moi, moche et méchant 3 et L’école Buissonnière. « On va chercher des films fédérateurs pour attirer le public, mais on se permet de garder du temps de diffusion pour des films plus compliqués », explique le directeur. Les événements ponctuels comme les avant-premières joue aussi un rôle important:« Rien que pour le premier trimestre le cinéma a pu accueillir les avant-premières de Chez nous, Primaire et Comment j’ai tué mon père. On n’a jamais eu autant de nouveaux invités au Régency qu’en 2017, je pense notamment à Albert Dupontel ou Eric Barbier qui n’étaient jamais venus».

« Faire de nouvelles rencontres pour apporter des opportunités au Régency »

En parallèle, Laurent Coët souligne le rôle primordial de l’équipe du cinéma : « Nous sommes un cinéma associatif, nos quatre salariés et les bénévoles de l’association sont hyper motivés et s’investissent énormément pour le Régency. » Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, l’actualité du cinéma est également marquée par la nomination de Laurent Coët aux trophées du Film Français dans la catégorie meilleur exploitant. « Le Film Français est un journal destiné aux professionnels du secteur. Ma nomination va nous permettre de bénéficier d’une visibilité supplémentaire et d’une reconnaissance professionnelle importante. Je vais avoir l’occasion de rencontrer de nouveaux producteurs, le PDG de TF1 par exemple. C’est aussi ça mon métier : faire de nouvelles rencontres pour apporter de nouvelles opportunités au Régency ».

« Un cinéma plus vaste serait une piste de développement »

L’année 2018 s’annonce elle aussi pleine de surprises. Tout en préparant la programmation de février – qui promet d’être chargé avec la sortie nationale des Tuche 3 et de La Chti’te Famille, l’équipe du Régency réfléchit à la manière de fêter le trentième anniversaire du cinéma. Plusieurs pistes sont envisagées : organiser un événement pour les abonnés, faire des goodies avec des citations de films, fêter l’anniversaire avec les réalisateurs qui sont déjà venus… « Il est un peu tôt pour savoir ce qu’on va faire. Nous sommes limités par la taille de la salle, on est en pleine période de réflexion, peut être pour organiser quelque chose sur l’extérieur. Il faudra aussi voir avec l’association si nous aurons les moyens de proposer quelque chose de plus important ».

Le Régency pense également à l’avenir et le projet d’agrandissement est toujours d’actualité mais dépend de décisions politiques de la ville. « Nous avons montré nos atouts, ce qu’on pouvait faire avec une seule salle. Un cinéma plus vaste serait une piste de développement mais ce n’est pas le Régency qui est porteur du projet. On parle d’un budget assez conséquent qui à vocation à réunir différents acteurs culturels comme le musée ou la bibliothèque. Pour l’instant, nous avons été associés à la phase d’études. Ça prend du temps, nous sommes dans l’attente.»

Parallèlement, le Régency démarre 2018 en participant au festival Télérama. Du 24 au 30 janvier, les cinémas participant proposent de revenir sur une sélection de films sortis en 2017 avec des prix réduits. Pour bénéficier du tarif de 3,50 euros par séance, les spectateurs devront se procurer un pass sur le site de Télérama ou dans le magazine. « On à choisit une programmation qui nous ressemble », indique Laurent Coët. Pour l’événement le Regency à sélectionné sept films : The lost city of Z et Faute d’amour (coup de cœur de Laurent Coët), Barbara, L’atelier, Visages Villages, 120 battements par minutes et en avant-première Jusqu’à la garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page