Tous les acteurs du Régency réunis pour fêter son trentième anniversaire

Pour son anniversaire, le Régency a organisé une soirée riche en surprises, émotions et anecdotes qui ont jalonné ses trente ans d’existence, d’aventure et d’engagement au service du cinéma et du territoire. La soirée a débuté par une rétrospective des plus grands moments et un hommage aux acteurs qui ont rendu cette aventure possible : l’ancien président de l’association Culture et cinéma, Rémy Cachera, et le regretté Jean-Marc Deneuville, ancien directeur du Régency. Ces deux personnages ont permis de développer le cinéma et son rayonnement au niveau régional, voire national. Laurent Coët s’est remémoré avec émotion l’avant-première de Joyeux Noël, obtenue par Jean-Marc Deneuville, non sans peine à l’époque, et qui a tout lancé : « J’ai beaucoup appris de Jean-Marc, presque tout à vrai dire, et surtout que ce n’est pas parce qu’on est en milieu rural qu’on ne peut pas faire de grandes choses. » Laurent Coët a poursuivi en donnant la parole aux spectateurs les plus assidus qui ont exprimé tout l’amour qu’ils portent à ce cinéma si particulier, mettant en avant la qualité de la programmation et la chaleur de l’accueil. Jean-Claude Girot, actuel président de Culture et cinéma, et Laurent Coët ont à leur tour dévoilé leurs plus grands souvenirs de cinéma : Apocalypse Now et Easy Rider pour l’un ; Donnie Darko pour l’autre. Pour l’occasion, Laurent Coët a poussé la chansonnette sur Mad World, la bande originale de Donnie Darko, film qui lui tient particulièrement à cœur.

Des témoignages, des cotillons et des frites

Les amis du Régency avait également fait le déplacement. Christian Carion et Christophe Rossignon ont tenu à participer à la fête. « Ce sont les anges gardiens du Régency. Depuis la semaine de l’avant-première de Joyeux Noël, une belle amitié est née. Ils nous ont fait confiance et continuent de le faire en présentant tous leurs films au Régency, et ce depuis tant d’années. » L’équipe du Régency ne s’est pas privée de faire partager les anecdotes les plus amusantes concernant ces deux grands noms du cinéma français. On a ainsi appris que Christophe Rossignon avait une exigence à chaque venue : celle de manger à la Friterie Saint-Poloise. Laurent Coët n’a pas dérogé à cette tradition et a demandé à la friterie de livrer à son ami une frite-fricadelle directement dans la salle de cinéma.

S’en est suivi une cérémonie à la mairie de Saint-Pol, où le maire Maurice Louf a rappelé toute la place du Régency dans le rayonnement du Ternois et de la ville de Saint-Pol-sur-Ternoise : « Avant, quand on parlait de Saint-Pol, les gens pensaient Saint-Pol-sur-Mer. Maintenant, grâce au Régency, c’est l’inverse. » Le maire a également tenu à souligner le soutien indéfectible de la commune au Régency et « à ce pôle d’attractivité si particulier ».

Woman at war projeté pour la première fois en France depuis le festival de Cannes

Pour clôturer la soirée en beauté, le cinéma avait réservé une surprise de taille aux spectateurs : la projection de Woman at War, film islandais de Benedikt Erlingsson, projeté pour la première fois lors du dernier festival de Cannes. « La société de production Jour 2 Fête nous a fait ce cadeau et nous a donné la possibilité de projeter pour la première fois en France ce magnifique film ». Avec de belles surprises et de beaux moments d’émotions, cet anniversaire s’est montré à la hauteur de l’engagement de l’équipe du Régency qui a su fêter ses trente ans comme il se doit, avec ses amis et ses spectateurs sans qui rien n’aurait été possible.

#InfosLocales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page