Sur Internet ou sur le parking, les sportifs gardent la forme avec la salle de sport Endorphine de Tincques


Publicités


« Pendant le confinement, j’ai proposé des cours sur Facebook pour mes abonnés et les non-abonnés. Je vais continuer jusqu’à ce qu’on me dise que je peux rouvrir. » Gérant la salle de sport Endorphine à Tincques, Frédéric Delmotte est un battant et a pris le taureau par les cornes – ou « chevauché le tigre », comme on dit désormais – en proposant des séances en direct sur sa page Facebook, regroupant en moyenne cent cinquante spectateurs actifs : « Je voulais garder le contact avec les abonnés de la salle et continuer à leur proposer mes services. On a dû poursuivre les prélèvements de nos abonnés car sinon, on mettait la clé sous la porte. Je n’ai pu bénéficier d’aucune aide de l’État, sauf le chômage partiel pour notre femme de ménage. Mon associée, Hélène, et moi-même n’avions droit à rien. Pendant toute la période de fermeture, nous devions toujours payer les charges, le loyer, les emprunts. On venait tout juste d’investir dans de nouvelles machines. On a mangé toute notre trésorerie durant le confinement. »

« Pour les cours collectifs, on est en discussion avec la municipalité de Tincques pour les organiser dans la grande salle de sport ou au stade. »

Frédéric Delmotte, gérant de la salle de sport Endorphine à Tincques

Le patron a proposé à ceux qui le souhaitaient de rembourser un mois d’abonnement, mais il a eu le plaisir de constater que beaucoup ont annoncé qu’ils ne demanderaient pas de remboursement, par solidarité. La salle Endorphine a tout de même perdu une cinquantaine d’abonnés sur les quelque six cents qui la fréquentaient avant le confinement : « D’habitude, on a du renouvellement. Là, c’est de la perte sèche. Il faut impérativement qu’on puisse rouvrir rapidement. Je ne comprends pas pourquoi on laisse les supermarchés ouverts, où tout le monde se croise et touche à tout, et pas les salles de sport. Ici, l’hygiène a toujours été une priorité. On a de la place, on peut assurer les distances nécessaires entre les machines. Pour les cours collectifs, on est en discussion avec la municipalité de Tincques pour les organiser dans la grande salle de sport ou au stade. »

« On suivait les séances sur Facebook, chez nous, mais on allait rarement jusqu’au bout. Là, on se motive mutuellement et on n’a pas envie d’abandonner devant tout le monde »

Sportifs participant aux séances sur le parking

En attendant, en plus de ses séances en direct sur Facebook, Frédéric Delmotte propose depuis le « déconfinement » de le rejoindre sur le parking de la salle pour des séances collectives en extérieur. Une vingtaine de sportifs s’y rassemble, apportant leur propre matériel, pour reprendre en groupe. « On suivait les séances sur Facebook, chez nous, mais on allait rarement jusqu’au bout. Là, on se motive mutuellement et on n’a pas envie d’abandonner devant tout le monde », reconnaissent quatre jeunes amies, qui se retrouvent pour la séance du mercredi. À quelques mètres, un fringant quadragénaire venu de Saulty se prépare à transpirer : « Une collègue de ma femme lui a parlé des cours en direct. On s’y est mis ensemble. On n’était pas abonnés mais on va le faire quand ce sera possible. » Ainsi, la salle Endorphine a réussi à garder le contact et a gagné en visibilité, ce qui devrait lui apporter de nouveaux membres lors de la réouverture : pari gagné pour Frédéric Delmotte. Sous le soleil de Tincques, il présente les exercices du jour sur le parking, puis les répète devant son téléphone aux dizaines de sportifs qui s’exercent chez eux, avant de lancer la musique pour ce qu’il espère être une des dernières séances avant la réouverture.

Suite aux annonces du Premier ministre, la salle Endorphine annonce sa réouverture le mardi 2 juin à 8h.

Salle de sport Endorphine
6, rue de Béthencourt
62127 Tincques
Contact : 06.44.24.01.49 – page Facebook

Frédéric Delmotte donne le détail du cours à venir aux internautes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page