Des distributeurs de protections hygiéniques gratuites au lycée Châtelet contre la précarité menstruelle

« Je suis heureuse de voir le projet se réaliser. J’espère que ça pourra donner des idées à d’autres lycées et collèges », s’enthousiasme Camille Dubourdieu. Grâce à elle, les élèves du lycée Albert-Châtelet peuvent disposer de protections hygiéniques gratuites dans deux distributeurs situés à l’infirmerie et dans les toilettes des filles. « L’année dernière, j’avais vu une vidéo d’une lycéenne suisse qui avait proposé cela dans son lycée. J’ai échangé avec elle et j’ai soumis l’idée au proviseur, qui a tout de suite approuvé le projet », raconte Camille, qui préparait alors son bac français. Une fois l’été passé, elle est revenue au lycée et à la charge avec la même détermination et a travaillé avec l’infirmière de l’établissement, puis a reçu l’appui de la Maison des lycéens qui a utilisé sa force de frappe sur les réseaux sociaux pour toucher largement les élèves.

« Des garçons sont venus nous en parler, certains ont pris l’initiative de l’évoquer dans leurs classes. On brise les tabous, ça avance. »

Ce lundi 21 mai, ils étaient invités à dessiner un cœur noir sur leur main gauche pour montrer leur adhésion au projet et marquer l’installation des deux distributeurs dotés de serviettes hygiéniques, tampons avec et sans applicateurs, et protège-slips. La démarche a permis de briser le tabou qui touche encore les menstrues et d’évoquer la précarité menstruelle, mis en lumière lors de la crise sanitaire qui a aggravé les problèmes de précarité étudiante. « On est intervenus dans les classes et auprès des délégués pour faire passer le message. Des garçons sont venus nous en parler, certains ont pris l’initiative de l’évoquer dans leurs classes. On brise les tabous, ça avance », constatent Aurore Mengis et Maëlis Marseille, de la MDL. Leur démarche était d’ailleurs en phase avec une initiative lancée par la région Hauts-de-France, qui annonçait en avril 2021 s’engager à doter de distributeurs de protections hygiéniques gratuites tous les lycées volontaires à partir de la rentrée 2021. Les deux distributeurs ont ainsi pu être été financés par la région, qui a également fourni huit mille protections hygiéniques. Une façon de réduire les inégalités sociales et scolaires, puisque, chaque année, ce sont près de 130 000 jeunes filles qui ont manqué l’école régulièrement à cause de la précarité menstruelle.

Soutenez-nous!
Le Gobelin du Ternois est gratuit et le restera grâce à vous!
Soutenez Le Gobelin du Ternois sur Tipeee

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *