Disparitions et morts suspectes de chats à Maisnil depuis un mois


Publicités


« Un chat qui disparaît, ça arrive. Cinq en même temps, ça commence à faire beaucoup », remarque Colette Tailliez. Sa chatte a disparu depuis un mois et cette habitante de Maisnil est partie à sa recherche, mais en interrogeant ses voisins de la rue du Vert-Tilleul, elle a constaté que d’autres matous s’étaient également volatilisés. « Un de nos voisins a retrouvé son chat mort, peut-être empoisonné. J’ai aussi demandé à la ferme voisine où notre chatte avait ses habitudes et André Masson m’a dit que deux de ses chats avaient également disparu », rapporte Colette Tailliez. En fait, André Masson a perdu trois jeunes chats d’une même portée : l’un a été retrouvé mort, les deux autres restent introuvables. « Ils ont disparu en même temps, il y a un mois environ. Il arrive que des chats se fassent tuer par des voitures, mais on n’a pas retrouvé de corps », indique Jacqueline Masson.

« C’était un beau Maine-Coon, très gentil, qui avait ses habitudes à la maison. Ce n’était pas son genre de disparaître. »

Jeanine Benoît, habitante de Maisnil

Colette Tailliez a évoqué le sujet avec la vétérinaire Delphine Benoît qui lui a appris que sa belle-mère avait elle aussi perdu un chat à Maisnil. « Le matin, il était toujours sur mon appui de fenêtre quand je me levais. Il demandait à sortir chaque soir, quand on allait se coucher. C’était un beau Maine-Coon, très gentil, qui avait ses habitudes à la maison. Ce n’était pas son genre de disparaître », souligne Jeanine Benoît, qui l’a cherché sans succès. D’ailleurs, en évoquant la disparition de Coony, Jeanine Benoît se souvient qu’un autre chat est décédé au même moment : « Un ou deux jours après, on a entendu un chat miauler à la mort toute une nuit, il est venu mourir à notre porte. C’était un de nos chats qui vivent à l’extérieur. »

« Quand les chats sont accidentés ou même empoisonnés, on retrouve leur corps. Là, cinq ont complètement disparu, en un mois et dans un même secteur. »

Delphine Benoît, vétérinaire et habitante de Maisnil

Ainsi, deux chats ont été retrouvés morts et cinq autres ont disparu sans laisser de trace, le tout depuis un mois et dans le centre de Maisnil. Pour la vétérinaire Delphine Benoît, ces disparitions ne sont pas des coïncidences : « Quand les chats sont accidentés ou même empoisonnés, on retrouve leur corps. Là, cinq ont complètement disparu, en un mois et dans un même secteur. C’était des chats de maison, pas des chats sauvages. Je pense que ce sont des actes intentionnels. » Le maire de Maisnil, Robert Champagne, n’est pas au courant de ces disparitions. Il évoque des opérations de dératisation menées dans la commune par des agriculteurs, parmi lesquels Philippe Benoît qui exclut tout lien : « La dératisation a été réalisée durant l’hiver 2018-2019. Les chats ne mangent pas les produits ni les rats qui auraient pu être ainsi empoisonnés. D’ailleurs, on n’a pas perdu de chats lors de la dératisation. Quand un chat meurt à la ferme, on le retrouve toujours quelques jours après. Ces disparitions en série, c’est sans doute quelqu’un qui n’aime pas les chats, qui les tire ou les piège. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page