Les Sal’Pô renouvellent le carnaval avec un grand bal masqué (ohé ohé)


Publicités

« Chacun peut venir comme il le souhaite, masqué, déguisé ou non. Tout le monde doit pouvoir s’amuser. Au carnaval, on fait tomber les barrières sociales », rappelle Christian Chavatte. Il avait treize ans lors de son premier carnaval, en 1977. Depuis, avec ses amis, « les salauds du mardi matin », ils perpétuent la tradition séculaire du carnaval de Saint-Pol. Auparavant dispersés, la plupart des carnavaleux se sont regroupés au sein des Sal’Pô, association créée en janvier dernier. « Nous voulions nous structurer pour être crédibles face à la mairie et participer à la vie de la commune », explique Gérard Fournier, alias Cafoune, qui a enfilé le masque de président. « Nous avions l’idée d’organiser un grand bal depuis quatre ans. Maintenant, nous voulons faire quelque chose de bien et montrer que nous sommes présents. »

« On va en profiter pour raconter l’histoire du carnaval »

Pour leur premier bal, les Sal’Pô ont vu les choses en grand. Jugeant la salle des fêtes trop petite, ils ont choisi d’investir la salle de sport Léo-Lagrange. Près de quatre cents réservations sont d’ores et déjà enregistrées. L’orchestre « Les Indépendants des Flandres » se chargera des chansons de carnaval, puis ambiance discothèque jusqu’au bout de la nuit : « On fera la fête jusqu’à quatre heures du matin », annonce Alain Godart, qui officiera aux platines, après les douze coups de minuit et le lâcher de ballons. « On a prévu quelques surprises, notamment pour nos anciens. On va en profiter pour raconter l’histoire du carnaval », souligne le président. À quelques jours de l’événement, les trois compères ont sorti leurs archives et ne se lassent pas de partager leurs souvenirs autour de photos des carnavals du siècle dernier.

Ressusciter le défilé de la mi-carême

Au milieu des clichés, on retrouve un char des carnavaleux lors du défilé de la mi-carême : « Toutes les associations de la ville participaient, avec un thème différent chaque année. Ça s’est arrêté voici une vingtaine d’années, mais on aimerait bien le remettre en place », annonce Christian Chavatte. Le défilé de la mi-carême, c’est l’autre grand projet sur lequel planchent les Sal’Pô et ils comptent le financer grâce aux bénéfices du bal. Alors, à quelques jours de l’événement, les réunions se succèdent pour régler les derniers détails. « Les femmes vont s’occuper de la décoration, avec des tables aux couleurs de la ville. On aura un service d’ordre et un de secours d’urgence. On a tout prévu pour que ça se passe bien », souligne Cafoune qui a tenu à inviter tous les anciens du carnaval pour ouvrir le bal : « Tous ne pourront sans doute pas se déplacer, mais c’est grâce à eux que nous sommes-là, aujourd’hui. On le fait aussi pour nos anciens, en mémoire de ceux qu’on a perdus et pour ceux qui sont encore là. »

Bal de carnaval des Sal’Pô

Samedi 28 avril à partir de 20h30, salle Léo-Lagrange.

Buvette et restauration sur place. Table sur réservation.

Entrée : 10 euros. Réservations : Cafoune (06.63.11.60.00), Christian Chavatte (06.48.12.21.15).

Revenir en haut de page