Les derniers migrants ont quitté l’abbaye de Belval : « C’est la fin d’une histoire. »


Publicités


« Les derniers migrants partent cet après-midi. C’est la fin d’une histoire. » Responsable du centre d’accueil de Belval, Claude Picarda se prépare à libérer les locaux de l’abbaye. Les treize derniers migrants ont été emmenés à Nédonchel, où ils ont rejoint les trente-quatre autres déjà présents. « Nous allons passer maintenant à la phase de nettoyage du site et retirer les containers qui ont été installés », annonce Claude Picarda qui doit rendre les clés du site début avril.

Ouvert en mai dernier, le centre d’accueil de Belval est désormais vide. En septembre, il comptait plus de cent occupants suite au démantèlement du camp de Norrent-Fontes, mais la population a régulièrement varié au fil des arrivées et des départs. Les migrants n’étaient présents que pour quelques semaines, le temps que leur situation administrative soit étudiée, avant qu’ils soient orientés vers d’autres structures ou qu’ils quittent d’eux-mêmes les lieux pour retourner, le plus souvent, à Calais ou à Paris.

Plusieurs centaines de réfugiés ont ainsi pu bénéficier quelques temps du calme de l’abbaye, sans le troubler pour autant : « Tout s’est très bien passé, mieux que ce que certains pouvaient craindre. Les migrants ont mis beaucoup de bonne volonté », souligne Claude Picarda. Les habitants du secteur ont régulièrement croisé des réfugiés dans les rues, mais aussi lors de diverses manifestations locales grâce, notamment, à l’implication d’une équipe de bénévoles présents chaque jour à leurs côtés : « Nous garderons le souvenir de la grande gentillesse de tous ceux que nous avons rencontrés. »

Revenir en haut de page