L’Embuscade transformé en studio de cinéma pour un téléfilm d’Arte

Comme d’habitude, Mickaël Dourlent était derrière le comptoir de l’Embuscade mercredi mais accueillait des invités plus envahissants qu’à l’accoutumée. Une équipe de tournage avait envahi les lieux pour enregistrer quelques scènes de Je sais tomber, un téléfilm d’Alain Tasma, qui devrait être diffusé sur Arte l’automne prochain. L’histoire d’un jeune homme qui chute à moto lors d’un accident et fait la rencontre d’une cavalière de voltige : il se met alors en tête d’apprendre les cascades pour intégrer un cirque et séduire la jeune femme. « L’action se déroule dans le Nord, nous allons tourner quelques jours à Lille et trois semaines à Beauvais. Nous cherchions un bar pour tourner quelques scènes. Nous n’avions rien de satisfaisant là-bas, mais notre repéreur a trouvé l’Embuscade qui a plu au metteur en scène », raconte Bertrand Soupey, directeur de production.

Des figurants authentiques, invités par le patron

Pour son deuxième jour de tournage, l’équipe du film a débarqué à Saint-Pol pour prendre possession de l’Embuscade, ainsi que d’un bureau de l’agence Allianz, à quelques mètres du bistrot, pour installer les bureaux et préparer les figurants. « Nous avons vraiment été bien accueillis. Je suis de Calais, ça ne m’étonne pas », sourit Bertrand Soupey, entre deux appels pour préparer la suite du tournage. En plus de l’accueil, il a pu s’appuyer sur des figurants recrutés sur place, à commencer par Mickaël Dourlent. Le patron a invité quelques amis et habitués à passer devant la caméra. Authenticité garantie. Le soir venu, l’équipe a déguerpi sans laisser de trace, emportant avec elle quelques images de l’Embuscade et de ses acteurs d’un jour, qui guetteront tous la sortie de Je sais tomber dans les mois à venir.

Revenir en haut de page