La magie de Marie-Grauette toujours diablement efficace

« Je ne sais même pas qui joue ce soir ! », confesse Pierre en arrivant aux Transes de Marie-Grauette. Qu’importe la programmation, le jeune trentenaire sait que, comme chaque année, il va retrouver de vieux amis, s’en faire de nouveau, boire, manger, chanter et danser sans retenue jusqu’au bout de la fête. Samedi soir, ils étaient plusieurs centaines à partager ce joyeux programme.

Les festivités avaient déjà bien débuté vendredi, avec une salle pleine pour applaudir le duo comico-burlesque de la compagnie On/Off et son spectacle Américane Songues. Les bénévoles étaient de nouveau mobilisés samedi après-midi pour préparer les concerts du soir et accueillir les nombreux enfants venus profiter des animations, à la faveur d’un soleil éclatant. Puis, la musique a débuté pour ne plus s’arrêter jusqu’à la fermeture des portes. En plus des six groupes programmés sur la scène, des interludes musicales se sont tenus à l’extérieur, entre les concerts. Constitué pour l’occasion, le trio L’Accident Lé La a même invité les spectateurs à prendre des percussions pour accompagner leurs improvisations sur des rythmiques de la Réunion, tandis que des affamés dégustaient les spécialités de cette même île. D’autres ont préféré essayer la cuisine vénézuélienne qui a rapidement été victime de son succès : le food-truck a dû fermer le temps de reconstituer son stock de pain. Pas de rupture en revanche à la buvette où les bénévoles remplissaient à la chaîne les gobelets édités spécialement pour cette édition et qui reprenaient les noms de tous les groupes qui ont participé au festival.

Deux Bretonnes venues retrouver leurs amis au festival

Après quatorze années d’existence, les Transes de Marie-Grauette se sont taillées une solide réputation dans le Ternois et même au-delà. Ainsi, Véronique et Sandra sont venues spécialement de Carhaix, en Bretagne : « J’ai posé deux jours de congés pour venir », souligne Véronique qui découvre le festival. Chaque année, elle accueille sur son terrain un joyeux groupe de Ternésiens qui participent aux Vieilles Charrues. « Au fil des années, des liens se sont tissés et cette fois, c’est nous qui sommes venues pour les retrouver », sourit la Bretonne qui appelle tous ses amis par leur surnom. « Vous êtes celles qui viennent du plus loin, on vous l’a bien vendu, notre festival », intervient « Ch’Poule », déguisé en femme voluptueuse suite à un pari perdu. Sandra, la fille de Véronique, avait déjà fait le voyage l’an passé : « C’est très convivial, on revoit des amis, on fait de nouvelles connaissances, on écoute de la bonne musique. » Les deux Bretonnes étaient enchantées de leur escapade, tout comme les festivaliers qui ont fini de se régaler avec le ska des Groovin’Jailers et finalement la soupe magique de Marie-Grauette.

#TransesdeMarieGrauette #MonchyBreton #InfosLocales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page