La chapelle Saint-Benoît-Labre inaugurée dans la crypte de l’église Saint-Paul


Publicités


« La hauteur du plafond rappelle les caves ou les catacombes où se retrouvaient les premiers chrétiens », remarque Dany Perrey. L’artiste Saint-Poloise a contribué, comme nombre d’autres bénévoles, à la restauration de la chapelle, située dans la crypte de l’église Saint-Paul. Vendredi, l’abbé Pierre-Marie Leroy accueillait Monseigneur Jaeger venu consacrer le nouvel autel de pierre : « L’église est très grande et cette chapelle permet d’avoir un lieu plus petit pour le recueillement. C’est une chapelle de semaine, pour les offices qui n’attirent pas autant de paroissiens que le dimanche », expliquait l’évêque.

Une chapelle s’inscrivant dans la continuité de l’histoire de la paroisse

Avec une soixantaine de fidèles, la chapelle était déjà bien remplie pour la cérémonie. Dany Perrey a détaillé son travail sur les vitraux qu’elle a dessinés, chacun représentant l’un des sept sacrements et le huitième rappelant Saint Benoît Labre. Pour ce travail, l’artiste a suivi un stage à Paris et a également réalisé une icône de la Madone en utilisant l’encaustique froide : « C’est une technique romaine contemporaine des premiers chrétiens, à base de cire, d’essence, ainsi que de fromage blanc 0 % », explique l’artiste. Autre élément historique : la référence à saint Benoît Labre dont la chapelle portera désormais le patronyme : « Saint Benoît est venu à Saint-Pol le 2 mars 1767 pour la prière des quarante heures d’adoration », rappelle l’abbé Leroy, originaire d’Amettes, comme saint Benoît Labre. La chapelle accueille d’ailleurs une statue ainsi qu’une stèle commémorant le passage du saint dans la commune, issues de l’ancienne église de Saint-Pol, bombardée en 1944, tout comme le baptistère du XVIe siècle. Par ailleurs, la pierre d’autel renferme une relique de saint Benoît, ainsi « l’Eucharistie se célébrera sur les restes de ceux qui ont donné leur vie pour le Christ et qui sont ses témoins ». Autre élément issu de l’histoire de la paroisse : la grande toile peinte par Alain Crépin qui a trôné des années derrière l’autel de l’église est désormais installée dans la chapelle.

« Un lieu de rassemblement, de paix, mais aussi d’engagement pour un monde meilleur »

La restauration de la chapelle s’inscrit ainsi dans la continuité de l’histoire des chrétiens et de la paroisse de Saint-Paul. Une réalisation menée de concert entre la commune et la paroisse : « La ville a financé les travaux, mais toute la partie liée à la liturgie est prise en charge par la paroisse », précise le prêtre. « En 2014, il fallait mettre en conformité l’électricité de l’église, notamment. Nous en avons profité pour refaire les réseaux de la chapelle, indique Maurice Louf. Je souhaite que cette chapelle soit un lieu de rassemblement, de paix, mais aussi d’engagement pour un monde meilleur. » Des messes sont d’ores et déjà célébrées dans la chapelle Saint-Benoît-Labre et le public devrait pouvoir la découvrir librement dans les mois à venir : « J’espère que nous pourrons l’ouvrir quotidiennement, comme c’était le cas du petit oratoire, à partir du mois de septembre, mais cela dépendra de l’organisation qui sera mise en place avec le nouveau prêtre », annonce l’abbé Leroy.

Revenir en haut de page