Désigné exploitant de l’année, Laurent Coët porte le Régency en haut de l’affiche

« Heureux, ému et fier », tweetait, mardi soir, le directeur du Régency. Lors des 25e Trophées du Film Français, Laurent Coët a été désigné « Exploitant de l’année ». Cette cérémonie est plus confidentielle pour le grand public que le festival de Cannes, mais très courue par les professionnels du cinéma. Parmi les costards et robes de soirées, les invités pouvaient croiser Julie Gayet, Diane Kruger ou encore Dany Boon venu récupérer le « Trophée du film français » pour Raide Dingue, mais aussi des producteurs, réalisateurs, distributeurs. Tous ceux qui comptent dans le milieu du cinéma.

« Le Film Français est un journal destiné aux professionnels du secteur. Ma nomination va nous permettre de bénéficier d’une visibilité supplémentaire et d’une reconnaissance professionnelle importante. Je vais avoir l’occasion de rencontrer de nouveaux producteurs. C’est aussi ça, mon métier : faire de nouvelles rencontres pour apporter des opportunités au Régency », expliquait Laurent Coët, suite à sa nomination.

Figurer parmi les sélectionnés apportait déjà un beau coup de projecteur sur le petit cinéma du Ternois, mais avec ce trophée d’exploitant de l’année, tout le milieu aura entendu parler du Régency. Une belle surprise pour le trentième anniversaire du cinéma, mais surtout une reconnaissance du travail de l’équipe, qui a réussi, l’année dernière, à attirer près de quarante mille spectateurs dans une unique salle de cent quarante places.

Revenir en haut de page