Des amoureux de la langue française réunis pour la dictée de Sillons de Culture


Publicités


« Au printemps, lorsque fondent la glace et la neige, la nature s’éveille au rythme du soleil qui prolonge ses visites quotidiennes. Point. » Feuille en main, l’instituteur d’un soir relit posément la première phrase de Vivement le printemps, texte exhumé des annales du certificat d’études. Les élèves volontaires s’appliquent à retranscrire chaque mot sans faire de faute. Quatorze candidats sont réunis à la salle des fêtes de Gauchin-Verloingt pour la dictée mensuelle de Sillons de Culture. Des retraitées, pour la plupart, accompagnent le président de l’association culturelle. Mélanie et Mathilde Hoguet sont les benjamines mais pas les moins affûtées sur l’orthographe. Mathilde est d’ailleurs correctrice à l’Abeille de la Ternoise et a lancé son entreprise de correction d’écrits en tous genres. Verdict : une faute ! Alors, Mathilde ?

« J’ai mis deux c à acabit », peste la correctrice. Elle se rassure en constatant que j’ai moi-même accumulé cinq fautes, dont deux pour avoir écrit printanier avec deux n. Ma voisine s’offusque d’une telle faute de son fiston, mais déplore tout de même quatre erreurs dans sa propre copie. Qu’importe, l’idée n’est pas d’afficher ses résultats, mais plutôt de faire une petite gymnastique intellectuelle et de se remémorer quelques subtilités et plaisirs de la langue française. D’ailleurs, la réforme de l’orthographe s’applique-t-elle aux dictées de Sillons de Culture ? « Ah non ! On écrit à l’ancienne », précise Claude Devaux, approuvé par ses pairs. « S’accroche alors à leurs lèvres un sourire chargé de promesses printanières. Point final. »

Dictée de Sillons de culture chaque dernier jeudi du mois. Prochains rendez-vous : le 25 octobre à Fillièvres ; le 29 novembre à Rebreuve-sur-Canche.

Retrouvez tout le programme de Sillons de Culture dans notre agenda.

#InfosLocales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page